Gap -  Hautes-Alpes

Lectures partagées

2020 - 2021

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2020_2021 :
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
   Petites maisons d'édition
   Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Atelier d'écriture :
    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion


Année 2020-2021


Lectures partagées continue durant l'année 2020-2021. Une activité appréciée à côté des livres nomades pour permettre aux lecteurs de faire de belles découvertes de lecture et de les partager avec les autres.

Littera 05 vous invite donc à venir aux dates ci-dessous, présenter un livre , actuel ou ancien, que vous aimeriez partager avec d'autres amoureux de la lecture .Vous pouvez aussi venir seulement pour écouter .


Comme les autres années,
"Lectures partagées" aura lieu à La Nouvelle Librairie,
6 cours Victor Hugo à Gap,
de 18h à 19h30

 

 

 

 

 

Lectures partagées du 1er octobre  2020
à la Nouvelle Librairie, 8  participantes.

  • L’ile invisible de Francisco Suniaga – Editions Asphalte

Une petite île des Caraïbes, rattachée au Vénézuela...Dualité des faces, décor de rêve d’un côté, corruption et violence de l’autre. Un allemand, Wolfgang Kreutzer, a suivi Renata sa  ravissante épouse qui avait eu le coup de foudre pour le sable chaud, les palmiers et la douceur de vivre. Pendant qu’elle s’épanouit dans son petit paradis,  lui va sombrer  dans le doute, la dépression, connaître plusieurs formes d’addictions, l’alcool et sa passion pour les  combats de coqs.  Il n’a pas le recul nécessaire pour résister à la violence de ce milieu.
Ce livre a plusieurs facettes, l’enquête, les relations, mère-fils, couple, sociales, culturelles, l’incapacité d’adaptation de certains exilés même volontaires, la face cachée d’un lieu qui semble paradisiaque, la dimension psychologique des personnages, l’aspect politique, la nostalgie d’une époque, les dérives d’un système, l’addiction. On ressent les émotions, la chaleur moite, la sensualité, on découvre la cruauté derrière la nonchalance, les vices derrière les sourires.  Une réflexion sur le sens de la vie,

  • Les nuits d’été de Thomas Flahaud – Editions de L’Olivier

Livre poignant. Roman social, dans la lignée du Goncourt 2018  « leurs  enfants après eux ». L’action se passe dans une petite ville frontalière du Jura confrontée aux méfaits de l’ultra libéralisme. Thomas, Mehdi et Louise sont amis. Ils se retrouvent le temps d’un été dans la cité HLM où ils ont passé leur enfance. Tout tourne autour de l’usine. Les pères y travaillent, ils espèrent que leurs enfants auront une vie meilleure mais comment échapper à l’héritage social avec ce système qui broie les ouvriers, les pauvres, les gens de peu..

  • Nuit d’épine de Christiane Taubira

Une autobiographie intéressante de cette grande dame politique. On y découvre son enfance guyanaise au milieu d'une fratrie de huit menée par une mère très dynamique et exceptionnelle, une éducation religieuse,  tout son parcours politique jusqu'aux grands événements de son mandat en tant que ministre de la justice : l'adoption de la loi sur le mariage pour tous, la nuit du 13 novembre et la gestion post-attentats et enfin la loi sur la déchéance de nationalité qui conduira C. Taubira à présenter sa démission à F. Hollande. C'est très dense, bien  écrit, mais on pourrait trouver un défaut à ce livre, il y a énormément de références littéraires, artistiques,  musicales comme s’il fallait à tout prix qu’elle démontre, encore et encore qu’elle a une très grande culture.

  • Penser comme un arbre de Jacques Tassin

Ecologie du sensible, biomimétisme et arborescence, miroir entre le végétal et l’humain. Un livre qui parle de sciences, d’écologie, d’humanité, de philosophie, qui nous dit  que nous avons beaucoup à apprendre du végétal, lien avec la pensée catégorielle, développement des tiroirs de pensée.
« L’arbre semble vouloir s’adresser aux grands primates irrévérencieux que nous sommes devenus. Des primates aujourd’hui perdus au bord du chemin pour avoir sottement oublié qu’ils vivaient sur la planète des arbres. » J. T.

  • L’arbre monde de Richard Powers

Différentes nouvelles qui parlent à chaque fois d’un arbre particulier.
La vue d’un arbre magnifique, un séquoia géant, menacé d’être abattu, a bouleversé le  travail de l’écrivain et sa vie.
On suit  9 personnages qui ont tous une  histoire intime et profonde avec un arbre. L’héroïne principale est une scientifique qui a démontré que les arbres communiquent entre eux. Tous vont se retrouver autour de la protection des arbres. Livre monde sur l’écologie.

  • Sankara de Frédérique Deghelt

L’histoire d’un couple qui va mal. Hélène, artiste frustrée, jeune mère de jumeaux de 5 ans, et Sébastien, journaliste à l'AFP, débordé de travail, devenu distant...
Après une énième dispute,  Hélène décide de partir pour 10 jours, en pleine rentrée scolaire, sans expliquer sa destination, en dehors de cartes postales qu'elle adresse quotidiennement à ses enfants... En réalité, elle va  s’enfermer dans le silence d’une méditation Vipassana.
Le récit se déroule alternativement entre les narrations personnelles d'Hélène au fil de son stage de méditation et de Sébastien, dans son quotidien de père et son boulot de journaliste, en grande période de turbulences terroristes…
D'abondantes digressions sur l'actualité ponctuent le récit.

  • Starlight de Richard Wagamese

Suite des « étoiles s’éteignent à l’aube ». On retrouve Franck Starlight devenu adulte.
Roman inachevé, l’auteur est mort avant de le terminer mais on retrouve intacte la qualité d’écriture, la description de la nature est toujours magnifiée, c’est un roman sur la transmission. Franck, qui a tout appris du vieil homme qui l’a élevé, devient aussi un médiateur auprès d’une femme et de sa fille  en fuite qu’il a recueillies et qui vont peu à peu s’ouvrir et découvrir grâce à lui la puissance rédemptrice de la nature. Il est devenu un photographe animalier, sa capacité de se fondre dans la nature pour approcher au plus près de la faune sauvage lui ont permis de prendre des clichés exceptionnels qui vont lui apporter une notoriété dont il n’a pas envie, son seul souhait est de continuer à vivre simplement où il a été élevé avec son ami Roth qui l’aide à entretenir la ferme. Le roman est construit comme un western avec les éléments d’un thriller, des méchants, des gentils et la nature qui va peut-être tout solutionner, la fin étant laissée à notre appréciation…

  • Oyana d’Eric Plamondon – Editions Quidam
A Montréal, la vie d’une femme, Oyana, bascule, un soir de mai 2018, quand elle entend une information à la radio. La dissolution de l’ETA la ramène un quart de siècle en arrière et fait s’écrouler le monde qu’elle avait construit. Une évidence s’impose à elle, elle doit rendre des comptes, rentrer en France, chez elle, au pays basque pour tenter de comprendre. Mais  d’abord, elle doit s’expliquer, à travers une longue lettre à l’intention de son mari médecin avec lequel elle vit depuis 23 ans et qu’elle s’apprête à quitter.

Comme dans son précédent livre « Taqawan », l’auteur ne se contente pas de nous raconter une histoire, il ponctue son récit de faits documentaires, il nous plonge dans la réalité du nationalisme basque, terrorisme, engagement, valeurs, les liens entre le Québec et la France. Le récit, savamment orchestré, nous fait voyager entre présent et passé et nous emporte avec brio vers un dénouement inattendu.

  • Le ballet des retardataires de Maia Aboueleze – Editions Intervalles

Premier roman. Férue de taïko, ou art du tambour japonais traditionnel, l'héroïne, jeune Française sédentaire, domiciliée en Belgique,  est la première Européenne à avoir été admise dans l'école la plus secrète et la plus fermée du Japon grâce à la bourse Vocatio. Les règles y sont absconses, personne n'y parle anglais et la discipline y est de fer. Roman initiatique teinté d'humour sur les changements personnels que provoque le choc des cultures. Petit livre concis très agréable à lire. L’auteur a su trouver les mots et le rythme pour nous faire mesurer avec humour les difficultés rencontrées face à la différence de culture,  ’appréciation, de langue.  Nous suffoquons de moiteur, Nous sentons, respirons le Japon  râce aux tremblements, aux vibrations du sol et des instruments

  • Le sanctuaire de Laurine Roux

Une famille a trouvé refuge en pleine montagne, où elle tue les oiseaux et les brûle au lance-flammes : ils seraient à l'origine d'un mal ayant conduit l'humanité à son extinction. Tandis que la mère pleure et chante son existence passée, le père seul s'aventure aux confins de leur « sanctuaire », d'où il rapporte tout ce qu'il trouve pour assurer la survie des siens. Mais le monde est-il vraiment devenu ce qu'il en dit ? Est-il jonché de cadavres qui pourrissent le long des chemins ? Comment être certain des motifs qui le conduisent à cloîtrer sa famille, à dispenser à ses filles un entraînement quasi militaire et à se montrer chaque jour plus imprévisible et brutal ? Gemma, la plus jeune des deux filles, va peu à peu transgresser les limites du « sanctuaire » - et avec elles, la loi de ce père qu'elle admire plus que tout. Ce sera pour tomber entre d'autres griffes: celles d'un vieil homme sauvage, menaçant et lubrique qui vit entouré de rapaces. Parmi eux, un aigle qui va fasciner l'enfant...