Gap -  Hautes-Alpes

D'autres chemins d'exils

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

 

Outre la sélection "Chemins d'exils", nous avons aussi aimé :

Patrick Bard – Poussières d’exil – Seuil, 2016
Dans la misère de l’Espagne du XXème siècle naissant, Léa  se bat avec les dures réalités. Rêvant de posséder enfin une terre, elle part travailler dans les vignes du  midi de la France désertées lors de la mobilisation de 1914. La toile de fond historique  n’est que le prétexte à l’aventure des hommes et des femmes pris dans la tourmente, mais guidés par l’espoir farouche  d’une  vie meilleure.
En savoir +

Khaled Hosseini – Ainsi résonne l’écho infini des montagnes – Belfond, 2013
Dans un village afghan, Adbullah  veille sur sa petite sœur Pari  depuis  la mort de leur mère. La faim et  la misère sont leur lot quotidien mais un amour très grand les unit. Leur père part chercher du travail à Kaboul où leur destin va basculer. Une fresque familiale bouleversante qui nous fait voyager vers d’autres cultures.


Joseph Boyden - Dans le grand cercle du monde -Le livre de poche, 2014
Au XVII° siècle au Canada trois personnages , un jésuite français, un chef de guerre Huron et une prisonnière iroquoise  vont nous conter la terrible rencontre entre les différentes cultures. Chacun avec sa voix nous fera découvrir cette histoire  qui fondera un nouveau pays. Les personnages historiques se mêlent aux personnages imaginés par l'auteur.

Joseph Boyden né en 1966 à Toronto au Canada anglophone. Professeur à la Nouvelle Orléans. En 2014, il reçoit le prix Littérature monde étranger du  festival Etonnants Voyageurs de St Malo. Il a écrit trois romans et un livre de nouvelles.

Dany Laferrière - Le cri des oiseaux fous – réédition en 2015 chez Zulma d'un livre paru une première fois en 2000. L'exil d'un fils rejoint celui d'un père, tout haïtien mâle semble dangereux pour le pouvoir en place, Vieux Os ne fait pas exception. Sous la dictature de Baby Doc, il doit partir pour ne pas mourir. Sur l'insistance de sa mère, sous son regard fier et tranquille, entre hésitations et réflexions, il va vivre sa dernière nuit à Port au Prince. Il nous emporte par une très belle écriture, une prose délicate et subtile dans cette errance difficile où amis, amours, souvenirs, réalités, croyances vaudous lui dictent peu à peu la décision à prendre.

Velibor Colic - Manuel d'exil. Comment réussir son exil en trente-cinq leçons -
Gallimard, 2016
Intellectuel bosniaque, déserteur de l'armée, réfugié politique, Vélibor nous livre avec une ironie mordante, un humour noir décapant et une écriture ciselée et poétique les déboires et difficultés de l'exilé qui ne parle pas la langue du pays d'accueil. « Je n'ai plus de nom, je ne suis plus ni grand, ni petit, je ne suis plus ni fils, ni frère, je suis un chien mouillé d'oubli, dans une longue nuit sans aube, une petite cicatrice sur le visage du monde. »

Gaël Faye - Petit pays – Grasset, 2016
En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel  voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

Pierre-Yves Leprince - L'odyssée de Rosario – Gallimard, 2016
Que se passe-t-il lorsque nous décidons de vivre dans un autre pays que celui de notre naissance?
« Un Français s’est acheté un terrain dans une campagne sicilienne, il a passé des mois à y reconstruire une maison. Il en sort un beau matin pour boire son café au soleil, un voisin apparaît, pose un fusil sur la table et dit : "Tu vois ce fucile? Quand tu es arrivé, j’ai décidé de te tuer avec."»
L’homme au fusil laissa la vie à son voisin, lui raconta ses aventures héroïques et patientes, pas à pas. Il va lui raconter pour la première fois son “odyssée” qui le mènera de la Sicile à la Grèce, jusqu'à son retour.

Adrien Goetz - Les Oiseaux de Christophe Colomb -  éditions Gallimard, 2016
Rêveuse, seule et un peu perdue dans un jardin au bord de la Seine, Alina, qui a treize ans, s'intéresse à Christophe Colomb. Entre les arbres et les immeubles, à l'ombre de la tour Eiffel, se trouve un musée qui va l'émerveiller. Quai Branly, tous les peuples du monde dialoguent. Ce qui ne devait être qu'une visite instructive devient pour elle un voyage. Elle ne s'attend pas à être la première à comprendre le lien mystérieux qui unit les Taïnos, peuple pour lequel elle va se passionner, au découvreur de l'Amérique.

Hussain Faiwaz - Orages pélerins – Editions Le Serpent à Plumes, 2016  
L'orient est, par excellence, le pays des rêves.
Quatre jeunes Kurdes de quatre pays ont voulu suivre le leur, qui la liberté, qui la fortune, qui une photo de femme. Ils quittent chacun leur pays, Syrie, Iran, Turquie, Irak, et se dirigent vers un même lieu, Paris.

Susan Habulhawa - Le bleu entre le ciel et la mer – éditions Denoël, 2016  
1947. La famille Baraka vit à Beit Daras, village paisible de Palestine entouré d'oliveraies. Nazmiyeh, la fille aînée, s'occupe de leur mère, une veuve sujette à d'étranges crises de démence, tandis que son frère Mamdouh s'occupe des abeilles du village. Mariam, leur jeune sœur aux magnifiques yeux vairons, passe ses journées à écrire en compagnie de son ami imaginaire. Lorsque les troupes israéliennes se regroupent aux abords du village, Beit Daras est mis à feu et à sang, et la famille doit prendre la route, au milieu de la fumée et des cendres, pour rejoindre Gaza et tenter de se reconstruire dans l'exil.

Franck Pavloff - Le grand exil - Livre de Poche, 2012  
Dans la ville de Baños de Agua Santa, au centre de l'Equateur, vient d'arriver un étranger, Tchaka, qui se fait engager comme jardinier par un grand propriétaire terrien. Installé sur les pentes du volcan Tungurahua dont il pressent la reprise d'activité, il découvre qu'une jeune femme y a en secret un camp de base pour faire passer la frontière aux candidats à l'émigration sans qu'ils tombent sous la coupe des 'coyotes'.

Michaël Ondaatje - La table des autres - Livre de poche, 2013
Le jeune Michaël quitte Colombo pour retrouver sa mère, installée en Angleterre.Il voyage à bord de l’Oronsay, un gigantesque paquebot qui constitue un monde en soi : des cales sombres aux cabines élégantes, le jeune Michael va explorer toutes les classes sociales durant les 21 jours de ce périple, mais surtout faire l’expérience de l’amitié et du désir. Pour le garçon, ce voyage est un apprentissage en accéléré.

Miguel de Larminat - Pionnier en Patagonie - Privat, 2007
Au début du siècle dernier, Jean de Larminat, ingénieur des Ponts et Chaussées, désirant assurer à ses fils - ils étaient sept - une existence d'hommes libres, dégagée des contraintes et des mesquineries auxquelles il craignait de les voir soumis, organisa leur émigration vers un pays neuf où leurs talents pourraient s'épanouir pleinement. L'Argentine fut choisie et, à dix-neuf ans, Jacques, le quatrième fils, s'embarqua en éclaireur pour Buenos Aires. Il trouva en Patagonie, au pied de la cordillère des Andes, un lieu propice à l'implantation de l'entreprise d'agriculture et d'élevage qu'il allait développer avec ses frères. Grâce au journal de bord tenu par les fondateurs et à la correspondance échangée avec la France, Miguel de Larminat, petit-fils de Jacques, retrace toutes les étapes de cette aventure.

Henri Lopes - Une enfant de Popo-poto - Gallimard, 2012
Le 15 août 1960, à Brazzaville, on fête l'indépendance. C’est "la nuit des espoirs. Des espoirs insensés". Kimia, la narratrice et son amie Pélagie fréquentent le même lycée, où leur amitié se teinte de rivalité et de jalousie. Leur professeur de lettres, Franceschini, les fascine. Ce Moundélé, comme on appelle les Blancs, danse comme un Noir et parle "en langue". Après les "Trois Glorieuses" d'août 1963, les dirigeants troquent les vêtements de la sape contre le battle dress, et "même la rumba se dansa sur un rythme révolutionnaire". Kimia part pour les Etats-Unis où elle devient écrivain, Pélagie rejoint Franceschini à Paris, mais ces trois-là resteront unis.

Mathias Enard - Rue des voleurs - Actes Sud, 2012
On suit le périple d'un jeune marocain depuis Tanger jusqu'à Barcelone, contraint d 'émigrer presque malgré lui, fuyant un père autoritaire et le poids de la religion. Suivra une période d'errance durant laquelle il va côtoyer des islamistes radicaux, sera exploité par un petit patron d'une société française installée au Maroc, se retrouvera bloqué dans le port d'Algesiras, avant de rejoindre une jeune étudiante espagnole à Barcelone, où il découvrira la révolte des Indignés, sur fond de crise économique et de Printemps arabe.                     Rue des voleurs  est le 8è roman de Mathias Enard, prix Goncourt 2015 pour son dernier roman : Boussole.

Hakan Günday - Encore - Trad. Jean Descat - Galaade, 2015
Gazâ, un garçon de 9 ans, travaille avec son père sur les bords de la mer Egée. Celui-ci gagne sa vie en transportant des migrants de la Turquie jusqu'en Grèce, qu'il enferme chez lui avant qu'ils ne soient acheminés par bateau. L'enfant est contraint d'exercer une certaine violence sur les clandestins, et observe malgré lui les dérives des techniques de domination. Hakan Günday, écrivain turc, s’inspire du trafic de clandestins pour écrire une charge virulente contre ceux qui profitent de la détresse des migrants, avec la complicité d’un pouvoir corrompu. Un texte très noir dans un style efficace et extrêmement maîtrisé.

Laurent GAUDE : « Eldorado ». Actes Sud (Babel), 2009.
En Sicile, le commandant Salvatore Piracci navigue au large des côtes italiennes, afin d’intercepter les bateaux chargés d’émigrés clandestins. Un jour, une survivante de l’un de ces bateaux de la mort lui raconte son histoire, bousculant ainsi ses certitudes. Afin de comprendre, il tourne le dos aux rivages de Catane et entreprend le voyage en direction de l'Afrique.
Au Soudan, Soleiman et son frère Jamal entament leur périple vers l'Eldorado européen.  Mais les jeunes gens sont bientôt séparés par le destin et Soleiman, un temps accompagné de Boubakar le boiteux, terminera seul le voyage.
C'est en 2005, après que 500 migrants subsahariens ont trouvé la mort en essayant de franchir les grillages barbelés de Ceuta et Melilla - les deux enclaves espagnoles du Nord du Maroc - que Laurent Gaudé a entrepris d'écrire Eldorado. Conscient qu'un tel sujet risque de sombrer dans le photo-reportage, l'écrivain dépasse la contingence de l'événement en forgeant ce récit de destins croisés, à la trame narrative solide renforcée par la sobriété du style.

Henning MANKELL : « Tea-bag ». Points Seuil, 2008.
Jesper Humling, un célèbre poète suédois égocentrique est amené contre son gré à animer des ateliers d’écriture pour des migrants dans un quartier populaire de la banlieue de Göteborg.
Il fait la connaissance de Tea-Bag, jeune Nigériane qui a traversé l’Europe à pied, de Leïla, une lycéenne d’origine iranienne, oppressée par sa famille venue chercher l’asile en Suède lorsqu’elle était enfant, et enfin celle de Tania, la fille de l’Est sans papiers, qui a fui la prostitution forcée et traversé la Baltique à la rame. Et cet écrivain gâté par le succès va découvrir  l’existence d’une Suède inconnue, clandestine, comme un double « en négatif » de la Suède officielle, laquelle ignore tout de la première.
Henning Mankell, célèbre pour ses romans policiers, fut aussi un auteur prolifique de théâtre, de nouvelles et de littérature pour la jeunesse. Les millions de livres vendus n’ont jamais apaisé sa colère à l’égard d’un monde chaotique ni sa solidarité envers les plus faibles.

Dubravka UGRESIC : « Le ministère de la douleur » - Albin Michel, 2008.
Tania Lucic, professeur de littérature croate, arrive aux Pays-Bas, où l'université d'Amsterdam lui a proposé un poste précaire à l'université. Bien vite, les jeunes exilés des Balkans - des Croates, des Bosniaques, des Serbes, des Monténégrins - se regroupent dans ses cours, qui tiennent tout à la fois de l'atelier d'écriture, du psychodrame collectif et du confessionnal. Tania enseigne dans sa langue natale, un serbo-croate qui n’existe plus et qui évoque à ses étudiants la patrie morcelée qu’ils ont récemment dû fuir. Un roman qui mêle le témoignage, l'amertume et la colère en posant ces questions : peut-on se reconstruire quand on est né sur une terre où les identités ont été saccagées? Que vaut-il mieux de la mémoire ou de l'oubli ?

Julie OTSUKA : « Certaines n'avaient jamais vu la mer » . 10-18, 2013
En 1919, un bateau quitte le Japon avec à son bord plusieurs dizaines de jeunes femmes "promises" à des compatriotes travaillant aux États-Unis, des hommes qu'elles ne connaissent pas, dont elles n'on vu que la photo. Ce sont les  «picture brides» japonaises, épouses recrutées sur photo et amenées aux Etats-Unis par bateaux au début du XXè siècle, pour épouser leurs compatriotes déjà installés en Californie. En huit brefs chapitres, Julie Otsuka, américaine d'origine japonaise, fait entendre  la parole de milliers de femmes exilées. Il n'y a pas d'héroïne dans ce roman terrible et poignant, mais des voix anonymes qui, en une sorte d'incantation, scandent les destins misérables des victimes du rêve américain.

Paola PIGANI - N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures - Ed Liana Levi, 2013En 1940 un décret interdit la libre circulation des Manouches considérés comme dangereux. Ils seront internés dans le camp des Alliers  en Charente jusqu'en 1946.  Alba, 14 ans, raconte la lente agonie des siens privés de liberté et la folie des hommes. Un roman poignant.

Kim THUY- Vi - Ed Liana  Levi, 2016
A la fin de la guerre du Vietnam Vi et sa famille fuient le communisme et quittent Saigon pour Montréal sur un boat people.  Tiraillée entre deux cultures, la jeune fille nous raconte sa lente adaptation à une vie complètement nouvelle tout en rêvant à un hypothétique retour au pays natal.

Cécile HUGUENIN - La saison des mangues – Eloïse d’Ormesson - 2015

L’histoire de 3 femmes, la grand-mère Radhika, Indienne mariée à un major anglais exilée et rejetée, la mère Anita, élevée en Angleterre qui épouse un français adorateur de l’Inde et la fille Mira, quarteronne qui partira en mission humanitaire en Afrique où elle s’initiera aux traditions vaudous. Une description colorée et aromatique des « colonies », et la rencontre des civilisations vue sous l’angle intimiste.

Chimamanda Ngozi Adichie – Americanah – Gallimard - 2016

Ifemelu quitte le Nigéria pour faire ses études à Philadelphie en laissant derrière elle son grand amour Obinze, fervent admirateur des Etats-Unis, qui compte la rejoindre. Elle va découvrir la couleur de sa peau, le racisme mais aussi l’antiracisme blanc fait de clichés politiquement corrects. Le racisme vu par le regard percutant d’une africaine de souche, on est très loin des discours « bien pensants » occidentaux. On découvre avec humour une autre façon de percevoir la différence dans un roman où l’amour a une grande place.

Andreï MAKINE - L'archipel d'une autre vie – Seuil - 2016

Une traque à travers la taïga en Sibérie extrême-orientale. C'est Pavel qui raconte son histoire à un jeune homme qui, nous le supposons, n'est autre qu'Andreï Makine. Le récit commence à la fin de l'ère stalinienne et nous entraîne à la poursuite d'un fugitif dans l'épaisseur de la taïga pleine d'embûches et de pièges. Il débouchera sur une histoire inattendue et surtout une prise de conscience de la folie des hommes qui fait subir des ravages à la nature. En suivant les feux allumés dans la forêt, Pavel a compris qu'il était temps de s'exiler dans "l'archipel d'une autre vie".