Gap -  Hautes-Alpes

Poussières d'exil

Patrick Bard

Seuil, 2016

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Dans la misère de l’Espagne du début du XXème siècle, Léa  se bat avec les dures réalités : sa mère morte en couches, enceinte du curé dont elle était la bonne, l’orphelinat, le placement dans une famille d’accueil où dès 4 ans, elle ramasse les oranges, son refus d’apprendre à lire,  puis le couvent où sa résistance à l’autorité entraîne des sévices, enfin la place de servante dans une riche famille de Valence. Rêvant de posséder enfin une terre à elle, elle va s’exiler après maintes grossesses (3 fils et 2 filles) avec son mari, le Rogt, dans les vignes du  midi de la France désertées par les bras des soldats partis en 1914.

Mais, la pauvreté la conduit à retourner en Espagne sur une hypothétique terre léguée à son mari. Nous sommes en 1936 et la guerre civile éclate, jetant les hommes de la famille, communistes ou anarchistes de naissance, dans la bagarre au péril de leurs vies. La victoire de Franco transforme le pays en une immense geôle, où le simple fait de s’opposer provoque la mort. Léa et sa fille sont emprisonnées, soumises à la brutalité du camp puis fuient à travers les Pyrénées pour un nouvel exil. Mais la misère continue à Paris pour cette famille qui s’entasse avec d’autres migrants dans des taudis, gagnant difficilement de quoi se nourrir.

On suit avec intérêt les tourments de cette famille admirable, courageuse, unie dans le malheur mais divisée par des querelles intestines, dans sa confrontation  à la misère, la violence et l’exil. De terribles secrets vont être dévoilés mais le suspense tient en haleine  tout au long du récit.
Un style magnifique avec de grandes envolées hispanisantes, dont le souffle puissant  est un hommage au courage de ces femmes et de leur volonté de survivre en toutes circonstances.

La toile de fond historique sur la guerre d’Espagne n’est que le prétexte à l’aventure des hommes et femmes pris dans la tourmente, dont les conséquences nuisent à leurs  amours, pèsent sur leurs espoirs d’une  vie meilleure. Quelques remarques politiques pertinentes cependant sur la pagaille entre les républicains, le fanatisme des franquistes à détruire leur pays, la lâcheté des puissances alliées et le rôle trouble de l’Eglise.

(Présentation : Colette Lagier)