Gap -  Hautes-Alpes

 Rencontre avec Joseph Boyden

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

.

.


Joseph Boyden est un écrivain canadien, né en octobre 1966. Il a des origines irlandaises, écossaises et indiennes. Se faire le porte-voix des Amérindiens, c’est l’objectif qu’il s’est fixé en écrivant une trilogie,  pour rendre ainsi justice à ces « nations premières » persécutées pendant des siècles.

 

Le chemin des âmes - Albin Michel, 2008 – Traduit de l’anglais par  Hughes Leroy
1919. Niska, une vieille indienne cree vient de retrouver son neveu Xavier, de retour de la guerre en Europe. Il s’était engagé dans l’armée canadienne avec son ami Elijah qui lui, ne reviendra pas. Niska le ramène en canoë dans leur réserve. Il est brûlant de fièvre, amputé d’une jambe. Le retour va durer trois jours pendant lesquels chacun va évoquer son passé. Niska raconte sa vie à Xavier pour essayer de le maintenir en  vie alors que Xavier se rappelle  les monstruosités de la guerre qu’il a vécues dans le Nord de la France, l’horreur des tranchées. Elijah et lui n’ont pas réagi de la même façon aux atrocités de la guerre.
Au fil de l'eau dans le canoë les ramenant vers leurs terres et leurs traditions, Xavier et sa tante revivent leur passé. En plusieurs aller-retour, les récits se croisent pour nous montrer la vie des trois personnages,  les souffrances qu'ils ont connues, les liens qui les attachent à leurs traditions, l'amitié profonde entre Xavier et Elijah, les discriminations subies par les indiens Cree tant dans leur pays qu'en Europe sous les bombes et les gaz mortels.

 

Les saisons de la solitude - Albin Michel, 2009 – Traduit de l’anglais par Michel Lederer.
Deux voix alternent d’un chapitre à l’autre : celle de Will, un ancien pilote plongé dans le coma après une agression. Sa nièce Annie veille sur lui après être revenue d’un long voyage à la recherche de sa soeur Suzanne.  Tous deux sont indiens, de la tribu Cree. Tous deux vont rappeler l’un à l’autre les drames qu’ils ont vécus. Est opposée la vie rustique et rude en forêt, en osmose avec la nature, une vie à chasser pour se nourrir et pour vendre les peaux et celle de la vie mondaine éphémère, fausse, avilissante, sous les projecteurs,  dans les grandes villes noires et sales comme Toronto et New-York.
Ce roman est passionnant dans sa multitude de détails sur le mode de vie de ces Indiens, leurs coutumes, leurs traditions, leurs contradictions. Veulent continuer à vivre selon leurs traditions tout en adoptant certaines habitudes de la modernité.

 

Dans le grand cercle du monde - Albin Michel, 2014. Traduit de l’anglais par Michel Lederer.
Le roman se situe dans le Canada du XVIIe siècle. Trois narrateurs racontent la même histoire : Un prêtre jésuite français, venu évangéliser les Indiens et enlevé par une tribu, est entraîné dans une fuite avec les Hurons qui sont pourchassés par leurs ennemis. Le deuxième narrateur est Oiseau, le chef des Hurons : il a enlevé aux Iroquois une jeune femme, Chutes-de-Neige, dernière narratrice, dont il compte faire sa fille, pour remplacer sa femme qui a été tuée par les Iroquois, sa femme et ses filles. Il n’a pas hésité à massacrer ses adversaires pour s’approprier une gamine.  Elle, n’aura qu’un objectif : retrouver les siens. Ainsi les différents points de vue, des indiens, des colonisateurs, des évangélisateurs sont exprimés dans ce roman.
. L’écriture de Joseph Boyden est d’une richesse incroyable. Il réussit à dépeindre avec beaucoup de virtuosité une nature grandiose et ceux qui y vécurent longtemps en harmonie.
Pages épiques avec des récits de batailles entre tribus adverses.

 

Joseph Boyden a aussi écrit un recueil de nouvelles « Là-haut vers le Nord » Albin Michel, 2008où il évoque des histoires singulières d’une communauté indienne, des histoires au parfum de légendes. Martine Laval, (Télérama) a écrit :  En quelques pages éclate tout le talent du jeune écrivain canadien aux racines indiennes : la dérision et l’ironie salvatrices ; l’humour à froid et l’incommensurable tristesse.