Gap -  Hautes-Alpes

Livres Nomades

et Lectures partagées

au Pays des Ecrins

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2018_2019:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman

     Des histoires de grands espaces

- Rencontres littéraires :

     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2018_2019

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Elizabeth Thuriet, responsable Littera05, du lieu-relais de l'Argentière,
informe les lecteurs de l'Argentière

Les livres nomades 2018-2019

Comme annoncé, les livres nomades de l'année 2018-2019 sont désormais en place
au Café de la Mairie à l'Argentière.

Comme vous le savez surement le café de la Mairie est ouvert tous les jours
sauf le mercredi fermé toute la journée et le jeudi jusqu'à 17h.

Le thème des Livres nomades de cette année est : "Des histoires de grands espaces"

            Rappels:

           Littera 05 n'est ni une librairie ni une bibliothèque mais une association.

           Nous mettons à votre disposition ces livres, merci de respecter les consignes :

  • remplir complètement la fiche que vous trouverez dans le livre et la laisser dans la boîte prévue à cet effet. En particulier vos coordonnées mail et téléphone.

  • Le rapporter au même lieu et remettre la fiche dans le livre.

            Nous aimerions que ces livres soient lus par le plus grand nombre : n'en prenez qu'un à la fois et ne les gardez pas trop longtemps (un mois maximum)


Lectures partagées 2018-2019

"Nous allons reprendre nos séances mensuelles de Lectures Partagées dans le canton .

Le principe reste le même : on se retrouve dans une des bibliothèques du canton un mardi de 18h à 19h30 . Chacun présente un ou plusieurs livres et on en débat.

Ceux qui n'ont pas de livres à présenter peuvent venir, mais il est tout de même rare qu'un lecteur s’intéressant aux livres, n'ait aucun livre présentable !

En novembre, les bibliothèques du canton et le CDI du collège de l'Argentière seront sur le pont pour un beau programme d'expositions, de films et de conférences pour marquer le centenaire de la fin de la guerre de 14-18. Programme ci-joint

Pour ne pas interférer sur leurs activités, nous irons en un lieu qui n'est pas une bibliothèque : le local du club de loisir de Pelvoux, plateau des Essarts, en face de la piscine.

Par ailleurs nous aurons le plaisir de découvrir la toute nouvelle bibliothèque de Champcella et ses bénévoles aussi enthousiastes que chaleureux, ainsi que la magnifique nouvelle salle de la bibliothèque de Freissinières dans la maison de la vallée. Celle ci nous a tellement plu que nous irons deux fois : la séance d'ouverture et celle de fermeture.

Enfin, nous irons deux fois à Saint Martin de Queyrières mais en deux lieux différents: en janvier à la bibliothèque municipale et en mars au restaurant "Rocher Baron" à la sortie du village coté l'Argentière.

voilà le programme :

15 octobre : Bibliothèque de Freissinières

6 novembre : Pelvoux local du club des loisirs

Rien en décembre, mois toujours très chargé pour tout le monde

15 janvier : Bibliothèque de Saint Martin de Queyrières

5 février : bibliothèque del'Argentière

12 mars : Saint Martin de Queyrières au restaurant roche Baron

23 avril : bibliothèque de Champcella

21 mai : bibliothèque de Vallouise

18 juin : Bibliothèque de Freissinières

LP du 12 Mars à Saint Martin de Queyrières

Nous étions 6 au sympathique restaurant du Rocher Baron pour cette séance.

Nous avons reparlé de livres déjà décrits dans ces pages, en particulier de Philippe Masse, et aussi bien sur de livres nouveaux pour nous :

Johana Sinisalo « Oiseau de malheur » Actes Sud 2011

Un des livres nomades.
Une histoire de randonnée mal préparée qui se déroule en Nouvelle Zélande du sud par un couple qui se connait peu (ils se sont rencontrés dans un hotel en Laponie).Un livre où le point de vue de l'un, randonneur très expérimenté, alterne avec celui de l'autre, débutante en la matière. Un certain suspens émerge et devient oppressant. Interroge sur les relations de l'homme et de la nature . Nous fait aussi découvrir certaines espèces inconnues chez nous, en particulier le perroquet Kea qui tient un grand rôle dans ce récit.

Rama Metha « A l'ombre du Havali » ed Kalhas 2003

Un livre acheté en Inde lors d'un voyage.
Nous fait pénétrer dans le monde des femmes du Rajasthan et leurs conditions de vie très difficiles. La législation a beaucoup évolué mais les traditions sont plus fortes que la loi . Histoire d'une jeune femme qui a fait des études à Bombay et qui, suite à un mariage arrangé, se retrouve dans le quartier des femmes sous la coupe de sa belle mère.Un monde dans le monde encore très présent

Marie Claire Jacq « Nostalgie du Mékong » ed Transboreal 2017

1967 une jeune Française rejoint son mari laotien à Vientiane. Suite à une mutation de son mari, ils se retrouvent à Luang Prabang, cité ancienne sur les bords du Mékong. C'est une période très perturbée par la guerre du Vietman tout proche, la prise du pouvoir par les communistes et les épouvantables bombardements d'une très grande partie du Laos.

Un récit autobiographique qui nous fait connaître le Laos de l'intérieur et malgré une écriture assez plate, nous fait vraiment pénétrer dans cette période et dans la culture locale.

Alaa al Aswani « J'ai couru vers le Nil » Actes sud 2018

A travers un certain nombre de personnages , généralement des couples (femme mari, compagne et compagnon, mais aussi père et fille) l'auteur nous fait voir en creux l'immense espoir qu'a représenté pour certain la révolution de 2011 et l'horreur de la répression qui s'est abattue ensuite sur le pays. Démarrage un peu lent mais passionnant ensuite.

Ariane Goupil « Sein et sauf » Cent Mille Milliards 2018

Une jeune femme de 30 ans vit sur la Cote d'Azur entre traductions de grec ancien, chat, colocataire et cancer du sein.Premier roman d'Ariane Goupil . Un style d'une très grande vitalité, des dialogues excellents. Impossible de résister, même si la fin déçoit.
Une cinéaste a déjà repéré ce livre !
L'auteur vit dans le briançonnais.

Ornela Vorspi : «Le pays où on ne meurt jamais » Actes sud 2005

Un style pétillant pour décrire une réalité qui n'est pas très réjouissante.

L'auteur est une exilée albanaise qui écrit une sorte de fable sur la dictature d'Enver Hoxha qui a paralysé le pays durant des décennies et fait fuir bon nombre de ses habitants. Elle décrit, du point de vue d'une jeune adolescente, le statut de la femme, à travers des saynètes pleines d'ironie .

 

Lectures partagées du 5 février à l'Argentière

Ce mardi 5 Février c'était la Sibérie dans le canton de l'Argentière ! Il fallait être bien téméraire ou carrément fou pour prendre la route.
A part les inoxydables sœurs A., Isabelle qui travaille à la bibliothèque et moi même personne d'autre ne s'était déplacé.
Ce n'est pas parce qu'on est peu qu'on reste muet ou qu'on ne présente pas de livres, au contraire.

Entrée en matière inhabituelle : « ce mois ci j'ai fait une mauvaise pioche » et de citer deux livres à déconseiller.

Marco Troussier : Gravir les montagnes Editions du Mont Blanc 2017

Aucun intérêt, et en plus, mal écrit

Jean D'Ormesson : Je dirai malgré tout que cette vie fut belle Gallimard 2016

Ronds de jambes et petit doigt levé sur la tasse de thé. Un livre pédant dont le seul but est de montrer que Monsieur avait des relations et fréquentait du beau linge

Par contre une discussion s'est engagée sur le film « Monsieur » fait par Laurent Delahousse. Cette fois les personnes qui l'ont vu sont d'accord pour dire qu'il était intéressant

Passons à des avis positifs maintenant, voire enthousiastes.

Philippe Massé : « Roule gargouille » Editions du Queyras 2017

Un livre tout simple par un auteur de la région qui nous emmène dans son enfance briançonnaise et ses joies. Pas de prétention mais une immense joie de vivre.

Nicolas Domenach et Maurice Szafran "Le tueur et le poète" Albin Michel 2019

Un bon livre politique sur le président actuel. Bien documenté.

JC Grumberg : « La plus précieuse des marchandises » sous titre « un conte » Seuil 2019

L'auteur fait le pari que le conte est la forme qui a le plus de chance de se transmettre très longtemps. Il entrecroise l'histoire d'un père qui lâche son bébé d'un train (nous sommes en Pologne en 1943) et d'une famille de bucheron qui va le recueillir. Ecrit sous une forme très brève et très dense, ce conte dégage une émotion immense et malgré toute sa pudeur « ça fait mal »

Benjamin Whiter : « Evasion » Galmeister 2018

Un roman noir, très noir dans lequel il n'y a aucun « bon » auquel se raccrocher. Tous sont mauvais, alcooliques et violents. Un peu trop.. Si vraiment la lecture est la rencontre avec l'émotion ici c'est un peu trop et pour beaucoup on en arrive à une non-émotion.

Eric Faye : « Somnambule dans Istanbul » Stock 2013

A travers ses déambulations dans le vaste monde l'auteur voyage en observant avidement les personnes et les lieux. Mais à travers cela il cherche surtout à se connaître et à surmonter ses angoisses. C'est le cas ici.

Orhan Palmuk : « Cette chose étrange en moi » Gallimard 2017

A travers la vie d'un vendeur de rue Palmuk nous fait découvrir une fois de plus SA ville Istanbul. Et on en s'en lasse pas !

Carlos Luiz Zarfon « Le labyrinthe des esprits » Actes Sud 2018

« L'ombre du vent » avait été salué par toutes les critiques du monde, les deux suivants beaucoup moins mais avec ce labyrinthe Zarfon clôt de façon magnifique le cycle des livres oubliés. Un pavé, mais dont on regrette qu'il finisse !

Et pour finir, une BD : « Psychologix » Les arènes 2018 auteur Klein Grady

La psycho comme vous ne l'avez jamais rencontrée à la fois drôle et documenté. A ne rater sous aucun prétexte !

 

Lectures partagées à St Martin de Queyrières 15/01/2019

Cette rencontre s’est déroulée à la Bibliothèque Les Prés Verts de St Martin de Queyrières. Dommage que nous n’étions que 4 car les échanges ont été passionnants. Nous nous sommes débrouillées en l’absence d’Elisabeth Thuriet , qui est à l’autre bout du monde !

Dix sept ans de Eric Fottorino (Le Seuil 2018)

Eric Fottorino est un journaliste bien connu, qui est devenu directeur du Monde, et créateur du « 1 ». Mais c’est aussi un écrivain reconnu. Il avait écrit sur ses (2) pères, mais il se devait de réparer une blessure en faisant ce roman (largement biographique) sur sa mère Lina. Avec beaucoup de pudeur et de tendresse, il raconte toutes les rigidités, les non dits, les incompréhensions vécus par sa mère et lui. On mesure la résilience, avec cette enfance ballottée. De retour à Nice, où il est né secrètement, il porte une vision très poétique sur cette ville. Un roman très bien écrit, plein de poésie.

California Dream de Ismet Prcic’ (10/18 2014)

C’est un récit autobiographique d’un habitant de Bosnie, dans la tourmente de la guerre. Il faisait du théatre et a choisi de fuir son pays. Le roman revient par carnets, sur la dure réalité de la guerre : partagé entre traumatisme, culpabilité. Son itinéraire jusqu’aux Etats Unis, la vie américaine tellement différente de ce qu’il a vécu. On peut dire qu’il a une Face A et une Face B. Captivant.

Frère d’âme de David Diop (Seuil 2018, prix Goncourt des lycéens)

Ce qui est frappant, c’est la cruauté des combats, auquel le narrateur a participé en 14- 18, surtout depuis que son « frère » s’est fait tué prés de lui. Il en devient inquiétant pour ses supérieurs, qui l’éloignent du front. Dans ce récit, il revient en permanence sur sa vie, sa jeunesse en Afrique.

Retour sur 1000 femmes blanches et dans les « Livres Nomades » sur

Traine Savane de Guillaume Jan (Livre de Poche 2015)

Une saga d’un explorateur américain qui traverse l’Afrique d’Est en Ouest, pour découvrir les peuples, mais aussi s’approprier des terrains… Il est reconnu par les Africains qui ont même construit une statue. Livre palpitant qui se lit de façon agréable.

Très Haute Tension Lionel Daudet (Stock 2018)

Haut Alpin, Lionel Daudet est un grand alpiniste et aventurier. Il est très impliqué dans la vie locale et il a construit son roman sur les remous engendrés par la ligne THT dans la vallée de la Durance.
Ses héros vont « jusqu’au bout » que ce soit en montagne ou dans leur lutte. Très bien écrit, ancré dans nos vallées, très bon roman.

Oblomov de Gontcharov Ivan ( Gallimard Folio 32007 écrit en 1847)

Une magnifique littérature russe, où on fait l’éloge de ne « rien faire ». Eloge de la paresse avec des personnages truculents. Satire des fonctionnaires. Le héros ne sort pas de chez lui, rien ne l’atteint. Il philosophe avec son domestique. Malgré son antériorité, ce roman est très moderne…… Drôle et décalé.

Jean Baptiste et Léontine de Philippe Massé (Editions du Queyras 2018)

Histoire très locale (Pallon, à qqs kms de l’Argentière) de la grand -mère de l’auteur. Un plaisir de retrouver des lieux connus et la vie qu’y menaient nos anciens : fresque sur la nature, les saisons, le patrimoine. Beau livre très agréable.

Autour d’une petite collation, Brigitte Simonet nous a parlé de petits livres pour enfants qu’elle a écrit avec sa fille : « Pic et Poc » et « Carottes et Brocolis ».

 

Lectures Partagées du 6 novembre à Pelvoux

Nous étions 11 pour cette séance hors bibliothèque. Rappelons que ce mois-ci les bibliothèques du canton sont sur la brèche, car elles ont prévu ensemble un gros programme d'expositions, conférences et films sur la guerre de 14-18. Nous avons donc été dans un autre lieu, en l'occurence le local du club de loisirs de Pelvoux, pour éviter de semer la perturbation dans les bibliothèques.

Suite à beaucoup d'imprévus et de coïncidences le gros du « noyau dur » des LP n'était pas là, mais d'autres personnes sont venues, et l'ambiance a été aussi chaleureuse et animée que d'habitude. Nous avons évoqué plusieurs auteurs haut alpins mais pas seulement

Daniel Klein : « Balade avec Épicure » ed Michel Lafond 2015

Cet auteur a 73 ans et s'est posé la question : comment tirer le maximum de sa vie après 65 ans, quand beaucoup de choses deviennent difficiles. Pour répondre à cette question , il est parti passer deux mois sur l'ile grecque d'Hydra. Il a un regard ébloui sur les gens, la lumière des lieux, sa géographie, et en déduit que ce qui fait notre abondance ce n'est pas ce que nous avons mais ce que nous apprécions.
C'est un livre facile à lire, plein d'humour, de bon sens et très positif

Julien Blanc-Gras : « Briser la glace » Livre de poche 2018

L'auteur est un haut alpin, écrivain voyageur et aventurier.
Il participe à une expédition au Groenland. Lui, qui n'y connait rien à la mer, se trouve à bord d'un bateau avec le capitaine, un peintre et quelques personnes pour l'équipage.
Il nous montre ce qu'est devenue la vie des esquimaux, loin des poncifs que nous connaissons et des conséquences du réchauffement climatique.
C'est un livre plein d'humour, qui dépasse de beaucoup le classique récit d'aventure

Jean Baptiste Bester : « Le meurtre au pont du diable » Calmann Levy 2016

Encore un auteur haut alpin. Ce livre est un polar qui se passe dans Briançon, et quand on le referme on connait par cœur la vieille ville et ses ruelles.

Il a aussi écrit « Les amants de Sainte Catherine », qui se passe au début du XX e et retrace la vie dans l'usine de la Schappe, la plus importante de la région, qui retraite les déchets de la soie. C'est une histoire très romancée, mais qui fait bien revivre cette tranche d'histoire locale. Un regard historique et sociologique.

Sorj Chalandon : « Le jour d'avant » Livre de poche 2018

Les Houillères 1974. Un coup de grisou fait un grand nombre de morts. Le frère du héros fait partie de ces morts. « Venge nous de la mine » lui a fait jurer son père, et après plusieurs années il décide de tenir sa promesse de vengeance. La fin est stupéfiante.
Le livre fait revivre une ambiance et la vie dans ce bassin houiller aujourd'hui en déshérence.
Le style incomparable de Sorj Chalandon est toujours aussi juste et prenant. On évoque ses autres livres « Mon traitre » et surtout « Le 4e mur ». Il traite toujours de sujets difficiles, de rapport à la mort mais le fait avec un art et une pudeur consommée.

Andreï Makine : « L'archipel dune autre vie » Seuil 2016

Nous avons déjà beaucoup parlé de ce livre dans les différentes réunions LP. Il fait toujours partie des bouquins préférés de beaucoup d'entre nous.

Hartmut Rosa : « Résonance » ed La découverte 2018 et « Accélération » La découverte 2013.

Ce premier livre part du principe que plus tout va vite et plus on manque de temps. Loin de mettre ses pas dans ceux des adeptes de la lenteur, l’auteur appelle à un remède qu'il appelle résonance.

Le second livre, un peu ardu, est consacré à cette notion. La résonance c'est ce qui nous fait vibrer, ce qui nous met en relation avec les choses, les personnes ou nous mêmes. Le contraire de la résonance est le mutisme. Un livre difficile mais passionnant, et qui fait beaucoup réfléchir.

Juliette Benzoni ; « Le bal des poignards » Plon 2010

Juliette Benzoni est l'auteur de nombreux romans historiques à succès .

Ce livre raconte une période de l'histoire de France très romancée et sans beaucoup de nuances : les bons sont très bons et très beaux et les méchants très méchants. Il se passe à l'époque de Marie de Médicis, et a l'avantage de donner des repères historiques quand on en a peu sur la période. En plus c'est un bon polar.

Kaouther Adimi : « Nos richesses » Seuil 2017

Une belle fable qui nous fait toucher du doigt l'importance des livres et de la littérature. Ce livre suit Edmond Charlot éditeur imprimeur et libraire au moment du lancement en 1935 de sa maison « Les vraies richesses » à Alger et suit cette maison jusqu'à nos jours.

Un livre qui expose en alternance : les carnets de E.Charlot, ses rencontres avec les bons auteurs de la méditerranée, Camus, Jules Roy, Emmanuel Roblès et bien d'autres, l'histoire d'Abdallah dernier gardien des lieux et la destruction de la librairie et enfin une histoire assez sommaire de l'Algérie durant toute cette période.

On retiendra de ce livre le conseil de Charlot pour commencer à écrire : « Achetez une table la plus ordinaire possible avec un tiroir et une serrure. Fermez le tiroir et jetez la clé. Chaque jour écrivez ce que vous voulez, remplissez trois feuilles de papier. Glissez les dans la fente du tiroir. Au bout de l'année vous aurez à peu près 900 pages manuscrits. A vous de jouer »

Patrick Deville : « Taba-Taba » Seuil 2017

Du Deville à la puissance 10 si c'est possible ! Presque jamais plus d'un paragraphe se passant au même endroit ou à la même date que le précédent ou le suivant. Un livre excédant et pourtant qu'on ne lâche pas. Il nous brosse à partir des archives de sa famille un panorama de la France à la fois chronologique depuis 1862, sa date fétiche et actuelle, géographique du nord au sud d'est en ouest et on recommence et surtout, une évolution sociologique et des mentalités durant toute cette période. Le jour où il acceptera d'écrire de façon moins incohérente ce sera vraiment un très grand auteur !

 

Lectures partagées à Freissinières le 16 Octobre 2018

Nous étions 11 pour cette première séance de Lectures Partagées de l'année, dans la grande et sympathique nouvelle bibliothèque municipale de Freissinières.

Nos lectures nous ont fait voyager dans des lieux, des genres et des écritures fort différentes.

Scolastique Mukasonga : «Un si beau diplôme » - Gallimard 2018

Son père était convaincu qu'être diplômée lui permettrait d'être sauvée, sauvée de ces haines entre Tutsis et Hutus, puisqu’elle est rwandaise. Ce diplôme devait être son talisman à toujours garder sur elle. Elle passe donc ce diplôme d’assistante sociale mais au Burundi. Quand elle revient au Rwanda, il ne peut lui servir. Elle épouse un jeune français et ils partent à Djibouti et là non plus le diplôme n'est pas valable, ils arrivent en France, une France très différente de celle des vacances et des plaisanciers du mois d'Aout quand il s'agit de trouver un emploi. Elle reprend ses études et obtient le diplôme français d'assistante sociale, mais entre temps elle a découvert l'écriture et elle deviendra une écrivaine reconnue.

Un livre en grande partie autobiographique mais qui au fil des pages nous renvoie à l'Histoire de ces pays déchirés et lieux de massacre.

Victor Remizov : « Volna Volonaïa » - Belfond 2017

Premier roman d'un russe qui a été aussi bien géomètre que professeur de littérature.

L'histoire se passe dans la Sibérie profonde au cœur de la taïga. Les hommes sont pêcheurs et pêchent en particulier des esturgeons pour leurs oeufs. Tout semble normal sauf que cette pêche est l'objet d'un racket de la part de milice et de notables. Or un jour un homme va refuser ce racket. On ne vous en dit pas plus, sauf que tout se passe dans un univers de nature et de traditions. A découvrir.

David Lopez : « Fief » - Seuil 2017 - Prix du Livre inter 2018.

Un livre dur mais poétique à la fois où la langue tient le premier rôle. Donne le sentiment qu'au delà de tous les poncifs, ce qui se passe en banlieue et dans ces zones, considérées justement comme des zones, est un beau gâchis !

« Leur fief, c'est un territoire, et c'est surtout un langage. Une langue qui claque, brutale, composite, faite de mots d'argot, de verlan, de mots piochés dans les langues d'origine, de blagues, de mots tendres, et de gestes rituels (le tchek, la cigarette ou le joint qu'on "cendre"…). Elle contient la colère, la joie, l'ennui, la peur, la pudeur, la poésie et l'humour. La drôlerie, à tous les coins de phrase, le sens aigu de la formule, sont leurs armes pour conjurer le désespoir. »

Frédéric Vitoux : « Dictionnaire amoureux des chats » - Plon 2008

Dans la tradition des dictionnaires amoureux, ce livre nous permet par de multiples entrées de faire connaissance non seulement avec des chats qui ont marqué la vie de l'auteur, mais aussi avec des auteurs ou personnages connus ou moins connus qui ont eu des chats, ou des cinéastes qui en ont mis dans leurs films...

Claude Martin : « La diplomatie n'est pas un diner de gala » - ed de l'Aube 2018

Ce gros pavé (983 pages) relate 50 ans d'une carrière diplomatique brillante et qui nous fait connaître la Chine et son évolution politique, économique et culturelle de 1964 à 2014.

Une écriture magnifique par un passionné de ce pays et un érudit. LE Livre à lire si on veut connaître la Chine de ce dernier demi siècle.

Wallace Stegner : « Angle d'équilibre » - Libretto 1998

Ce livre cité au détour d'une discussion sur du-plaisir-de-lire-de-très-gros-livres-quand-ils-sont-bons a été peu développé dans notre débat

Jean Hegland : « Dans la forêt » - Gallmeister 2017

Un récit post apocalyptique qui met en scène deux jeunes filles qui ont toujours été coupées du monde (pas de scolarité, des parents artistes qui les font vivre dans un lieu éloigné de tout). Quand elles se retrouvent seules, elles se raccrochent à leurs passions pour ne pas devenir folles : lecture pour l'une et dans pour l'autre, mais cela ne suffira pas.

La fin fait débat.

Birgit Weyhe : « Madgermanes » - Cambourkis 2017 sous titre : « l'histoire méconnue des mozambicains en Allemagne de l'Est »

Une BD documentaire en noir et doré, qui se passe après 1975 et l'indépendance du Mozambique. A l'époque le pays est sous régime communiste et la RDA fait appel à de la main d'oeuvre de ce pays « frère ». De nombreux jeunes partent dans l'espoir de faire des études supérieures mais sont enrôlés comme ouvriers non qualifiés. Là, loin des clichés de fraternité, les travailleurs émigrés se heurtent aux préjugés raciaux et au mépris. La situation se détériore quand après la chute du Mur, ils reviennent dans leur pays natal où ils sont catalogués comme étrangers, des allemands.

L'auteur passe par trois personnages fictifs pour représenter le sort de ces ex travailleurs dont elle a recueilli les témoignages.

Françoise Héritier : «Le sel de la terre » - Odile Jacob 2012

On a déjà parlé l'an passé de ce livre où Françoise Héritier traque les choses agréables auxquelles notre être profond aspire.

Un livre très positif

Xavier Richard Lanata : « Blanche est la terre » - Seuil 2017

Ce livre est un récit qui mêle anthropologie, récits de voyage et méditation. Il nous montre toutes les beautés de la terre et va dans le sens de Pierre Rabi pour prôner une nouvelle civilisation fraternelle et écologique.

Jon Krakauer : « Tragédie à L'Everest » - 10/18 2010

Un livre qui a fait beaucoup parler et qui nous raconte une de ces expéditions commerciales à l'Everest, expé qui a mal tourné. Ce livre a donné lieu à un film « Everest » en 2015.

Dans les deux cas on est dans une ambiance étouffante et malsaine qui met bien en évidence la difficulté à renoncer quand argent et amour propre font divaguer autant que le manque d'oxygène

David Foekinos : « Le mystère d'Henri Pick » - Gallimard 2018

Là aussi c'est un livre dont nous avons déjà parlé.
La recherche de l'auteur d'un livre jamais publié. Récit d’une enquête littéraire sous forme d'une comédie pétillante .

Ivan Jablonka : « Camping Car » - Seuil 2018

Auto histoire de la famille de l'auteur mais où il relate en sociologue et sans narcissisme ses voyages à travers les pays proches qui lui ont appris à voir le monde et les autres.
On sort de la lecture de ce livre souriant et plein de respect et d'affection pour tous ses personnages

Aura Xilonen « Gabacho » -Liana Levi 2017

L'histoire d'un jeune mexicain qui traverse le Rio grande à la nage et survit aux USA en faisant des petits boulots y compris travailler dans une librairie où il découvre la littérature. Un récit à la première personne dont on a beaucoup vanté la langue poétique et inventive mais qui peut aussi beaucoup agacer par sa vulgarité.

Un livre où on apprend beaucoup de choses sur le Mexique, les clandestins et les USA

Sarah Briand : « Simone, éternelle rebelle » - Fayard 2015

La vie de cette femme devenue icône de beaucoup de femmes. Ses blessures politiques mais aussi la force du cocon familial qu'elle forme avec son époux et ses enfants.

Un bon complément à son l'autobiographie « Une vie » paru en 2007

Comme toujours , nous finissons autour d'un verre et de gâteries en prenant connaissance des petites nouvelles culturelles du canton.