Gap -  Hautes-Alpes

Lectures partagées

2017 - 2018

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Lectures partagées Année 2017-2018

C'est Elizabeth Thuriet qui a relancé en 2014-2015 et organisé à Littera des rencontres de lecteurs sous le nom "Lectures partagées". Une activité appréciée à côté des livres nomades pour permettre aux lecteurs de faire de belles découvertes de lecture et de les partager avec les autres.

Littera 05 vous invite donc à venir aux dates ci-dessous, présenter un livre , actuel ou ancien, que vous aimeriez partager avec d'autres amoureux de la lecture .Vous pouvez aussi venir seulement pour écouter .


Elizabeth rappelle que sans avoir d’obligation quant à la façon de faire connaitre un livre, il peut être utile de rappeler, en quelle année il a été écrit et peut être quelques mots sur l'auteur, histoire de le situer pour ceux qui ne le connaitraient pas. Une lecture d’un bref extrait aide aussi à donner une idée du style de l’auteur, mais toute latitude est laissée au « présentateur »

****************

Dates des Lectures partagées à Gap, à 18h

à la Nouvelle Librairie

6 Cours Victor Hugo

*****

jeudi 5 octobre

jeudi 9 novembre

jeudi 7 décembre

jeudi 11 janvier

jeudi 1e février

jeudi 15 mars

Jeudi 5 avril

jeudi 7 juin

********************************

Lectures Partagées Gap le 9 Novembre 2017

Situation totalement inédite pour une séance de LP : nous étions 17 et seulement 6 personnes ont présenté un ou plusieurs livres !

Joseph Boyden « Le chemin des âmes » Albin Michel 2006

Lors de la précédente séance la présentatrice avait parlé du 2e ouvrage de la trilogie de J.Boyden : « Les saisons de la solitude » paru en 2009. D'autres participants qui avaient tout lu de Boyden nous ont conseillé de lire en priorité « le chemin des âmes ». Il semble qu'effectivement ce livre soit excellent. Il célèbre l'épopée des soldats canadiens qui ont participé à la première guerre mondiale en France et plus particulièrement à ceux d'entre eux appartenant aux peuples indiens, eux qui sont passés presque directement de l'immensité des forêts canadiennes aux horreurs des tranchées.

On évoque aussi « le grand cercle du monde » paru en 2014 qui clôt cette trilogie.

Joseph Boyden devrait être à Veynes le 9 décembre pour une rencontre littéraire à laquelle participera Littera

Eric Vuillard « L'ordre du jour » Actes sud 2017

Par l'auteur de « 14 Juillet », une façon déroutante d'aborder l'histoire par les histoires et les personnes qui l'ont faite. Il s'agit cette fois du rendez vous des grands patrons de l'industrie allemande convoqués par Goering pour fixer leur contribution à l'effort de guerre , juste avant l’Anschluss.
Ce livre vient d'être récompensé par le Goncourt 2017

Marie Hélène Lafon : « Nos vies » Buchet Chastel 2017

Une femme solitaire étudie, épie, au besoin invente la vie d'une des caissières du Franprix de la rue du rendez-vous à Paris. Du pur Lafon : on aime ou on déteste !

Slimane Zeghidour « Sors, la route t'attend » les Arènes 2017

Avec ce très beau livre autobiographique et dont le sous titre est : mon village en Kabylie, 1954-1962, S. Zeghidour nous fait entrer dans la vie d'une région totalement oubliée,voire ignorée de la petite Kabylie. Il concentre ses souvenirs sur la période allant de sa naissance en 1953 au moment où il arrive à Alger 10 ans plus tard. Au passage, il nous livre une histoire de cette région, précise et documentée, ainsi qu'un point de vue original sur la guerre d’Algérie

Fabrice Lucchini : « Comédie française » Flammarion 2016

Une fausse autobiographie où la passion des auteurs tient la première place (un magnifique chapitre sur Celine) entrecoupée de plaisanteries ou de scènes cocasses. Un livre moins fait pour être lu que pour être écouté, lu par Luchini.

Joy Sorman : « Comme une bête » Folio 2012

L'histoire d'un garçon qui aimait tellement les bêtes qu'il devint boucher. On le suit dans l'apprentissage du métier. Une belle performance d'auteur qui allie la précision de ses descriptions avec une fantaisie certaine à la limite du fantastique.

Toujours de Joy Sorman « La peau de l'ours » Gallimard 2014

Là encore l'auteur explore les relations de l'homme et de l'animal mais en poussant la fable si loin qu'on en sort assez décontenancé. L'histoire plus poussive de cet enfant né de l'union contre nature d'une femme et d'un ours.

Alice Zeniter : « L'art de perdre » Flammarion 2017

Un roman autobiographique pourrait-on dire ? L'histoire de trois générations , un grand père harki que la narratrice n'a pas connu, un père taiseux qui ne parle jamais de l'histoire de sa famille et qui a tant souffert d'être dans les camps de harkis en arrivant en France et la petite fille, la narratrice, Naima qui finit par partir à la recherche de ce passé.

La dernière participante nous parle de Svetlana Aleksievitch, dont elle a lu plusieurs ouvrages dont : « La guerre n'a pas un visage de femme » et « La fin de l'homme rouge » . Des livres durs sur un monde qui ne l'est pas moins. L'auteur est une opposante russe qui a obtenu le prix Nobel de Littérature en 2015.

 

Lectures Partagées Gap le 5 Octobre 2017

Alice Zeniter : « L'art de perdre » Flammarion 2017

La présentatrice nous dit que la première partie , en Algérie, est passionnante et nous permet de connaître un tas de choses méconnues, mais que la deuxième partie est une banale histoire d'émigrés. Celles d'entre nous qui ont écouté Alice Zeniter à Manosque n'ont pas eu ce sentiment, il va falloir aller voir !

Paolo Cognetti : «Les huit montagnes » Stock 2017

Un garçon marche en montagne avec son père durant son enfance et un jour tourne le dos à cet univers. Plus tard il s'y remet et de quelle manière : il fréquente l'Himalaya. Il revient alors s'installer dans le Val d'Aoste et y retrouve un ami d'enfance. Très belle écriture.

Paolo Cognetti : « Le garçon sauvage » 10/18 2016

Du même auteur, un livre plus ancien et plus autobiographique qui revient sur l'amour des montagnes.

F.Deserable : « Un certain Monsieur Piekelny » Gallimard 2017

Un enquête née d'une phrase de Romain Gary dans la « promesse de l'aube » . L'auteur part à Vilnius et cherche si cet homme a existé. Au passage il se met lui même en scène. Impressions mitigées.

Martin Suter : « Éléphant » Christian Bourgois 2017

Un livre qui mêle conte et réalité, fantastique et naturalisme autour du résultat improbable de manipulations génétiques.
Moins bien tout de même que « Le cuisinier » du même auteur

Adélaïde de Clermont Tonnerre : « Le dernier des nôtres » Grasset 2016

Le roman nous fait passer du New York des années 60 aux bombardements de Dresde en 1945 et de l'insouciance new yorkaise aux jours tragiques de la fin de la guerre en Allemagne. Une quête de généalogie. Enigme et dénouement terribles.

Mia Couto : « Un fleuve appelé temps, une maison appelée terre » Albin Michel 2008

Mia Couto, auteur mozambicain magnifiquement traduit par MY Pettorelli Lapouge , nous conte l'histoire d'un étudiant qui revient sur son ile natale pour l'enterrement de son grand père, alors que lui même est parti depuis longtemps en ville pour faire ses études. Une histoire qui mêle un peu de magie mais surtout un livre écrit dans une langue extraordinaire. On devine à travers lui qu'il existe un équivalent portugais du français fleuri de Haiti ou des Antilles.

Joseph Boyden : « Les saisons de la solitude » Albin Michel 2009

Livre à deux voix : un pilote dans le coma après une agression et sa nièce venue le veiller. Le livre est constitué de deux confessions croisées, celle du pilote resté dans sa région autour de la baie James et celle de la nièce qui a fui en ville. Une description magnifique de la nature canadienne du nord, celle des réserves d'indiens.

Plusieurs autres Participantes qui ont lu tout Boyden ou presque, conseillent de commencer par livre « le chemin des âmes ».

Anna Hope : « La salle de Bal » Gallimard 20017

Un asile d'aliénés dans le Yorkshire en 1911. Là se trouvent des cas psychiatriques mais aussi des cas sociaux et des délinquants. Une salle de bal réunit les pensionnaires une fois par semaine. Ce livre suit trois personnages sur un an.
Le « plus beau livre lu cette année » nous assure la présentatrice. L'auteur a écrit ce livre suite à des recherches qu'elle avait faites sur son arrière grand père , interné dans le Yorkshire de 1909 à 1918.

Mario Vargas Llosa : « Aux cinq rues, Lima » Gallimard 2017

Le Lima des années Fujimori et de la dérive dictatoriale à travers un grand nombre de personnages, dont un chat, nous permettent d'explorer la corruption qui a pu régner dans ce pays . On croise aussi bien le sentier lumineux que toutes les classes sociales. Livre truculent.

Hervé le Tellier « Toutes les familles heureuses » JC Lattes 2017

Le lecteur qui nous présente cet ouvrage est très choqué par ce déballage qui révèle la vie privée des parents et grands parents de l'auteur (lequel a tout de même tenu à préciser : « Mon père, mon beau-père sont morts, ma mère est folle. Ils ne liront pas ce livre, et je me sens le droit de l’écrire enfin »)
IL fait un parallèle avec « le cas Malaussène » de Daniel Pennac où des auteurs sont poursuivis après parution de livres racontant « la vérité vraie »
Les personnes qui ont écouté à Manosque Hervé le Tellier , n'ont pas eu la même impression de viol de la vie privée.. Reste à lire le bouquin pour se faire une idée !