Gap -  Hautes-Alpes

Isabelle Eberhardt

Quelques aspects de sa vie


 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion


1. Le jeu du "je"
:

Une des premières nouvelles écrites par Isabelle Eberhardt s'appelle "le miroir": un jeune soldat, homme beau mais frustre, né "dans la plus rude et la plus primitive des vies" se regarde dans un miroir en souriant. Le jeu du miroir est très caractéristique d'Isabelle Eberhardt en tant qu'écrivain et femme à la double identité. Rappelons qu'en quittant Genève, en route vers le Sud, elle s'invente une identité masculine, celle de Mahmoud Saadi, toujours vêtu en cavalier arabe.

Cette identité masculine va d'abord lui permettre de vivre avec les gens qu'elle découvre, de pouvoir partager leur vie et de s'y trouver bien à sa place. C'est parce qu'elle est un homme qu'elle est reçue par les nomades sous leur tente, qu'elle peut entrer dans les cafés maures pour y boire et fumer avec les hommes, qu'elle peut entrer dans les bordels, qu'elle est acceptée dans les mosquées pour y prier. Cette identité va donc lui permettre de s'affranchir du destin des femmes de son temps.

Mais surtout ce jeu du "je" va lui permettre de se trouver dans l'écriture. Ayant pris cette identité masculine, elle peut ainsi mieux s'intégrer dans le désert qui lui renvoie d'elle une image (comme le miroir), qui lui apprend qui elle est vraiment, ce qui lui permet de découvrir sa vérité. Et c'est dans ses écrits qu'on trouve la vérité du personnage. Elle s'invente dans Mahmoud, son reflet dans le miroir et c'est à travers ce personnage de fiction qu'elle finira par exister comme femme et comme écrivain.

 

2. Son regard sur les peuples du Sud :

En quittant Genève et en s'enfonçant de plus en plus au coeur du Sahara, Isabelle Eberhardt va rompre définitivement avec l'Occident matérialiste et colonisateur. Elle va découvrir ces peuples du Sud qui seront les héros de ses écrits. Au contact de la population indigène, elle observe les gens, pose sur eux un regard d'une intense acuité, sans exotisme, sans recherche du pittoresque, avec une liberté exceptionnelle, pour parler surtout de leurs souffrances et de l'injustice dont ils sont victimes, pour en faire des portraits d'un naturel et d'une authenticité exceptionnels.

Il faut lire l'évocation de Mériéna, cette vieille femme devenue folle après la mort de son enfant, qui erre de village en village, qui vit de la charité des autres et que les tirailleurs obligent à danser le soir. Isabelle Eberhardt s'est particulièrement intéressée aux femmes, surtout quand elles sont brimées et désespérées : les esclaves, les femmes enfermées, les prostituées, les femmes sans âge qui attendent les soldats "que les soirs de chaleur et de malaise, les soirs de rut sauvage, jettent sur (leur) pauvre corps dolent". Elle a su aussi évoquer la beauté des femmes, sensuelles et coquettes, qui savent jouer des jeux amoureux quand elles viennent chercher de l'eau à la fontaine, dans l'illumination du soleil couchant qui fait miroiter les couleurs de leurs voiles.

Elle nous fait partager sa profonde sympathie pour un mystique illuminé dont elle évoque la vie de reclus dans une grotte et qui cherche dans l'extase "la satisfaction de cet impérieux besoin d'éternité qui sommeille au fond de toutes les âmes".
On devine qu'elle a partagé des moments intenses avec les fumeurs de kif qu'elle appelle "les dévots de la fumée hallucinante". "Ce sont, dit-elle, des épicuriens, des voluptueux, peut-être des sages qui savent distinguer des horizons charmeurs, édifier des cités merveilleuses où est le bonheur".
On sent qu'elle est en empathie avec ces peuples du Sud, des déracinés, des légionnaires, des nomades résignés à leur sort, des tribus rebelles. Ces êtres rejetés par la société colonisatrice sont les héros de ses nouvelles; elle les suit dans leur vie, dans leur destin vers la mort, dans leur chemin vers Dieu.
Car Isabelle Eberhardt sait dépasser les apparences, les côtés ténébreux des êtres, pour trouver chez eux ce qu'elle appelle l'essentiel, ce côté divin qu'elle pense être un reflet de Dieu chez tous les êtres.

3. La quête spirituelle :

Les musulmans, Isabelle Eberhardt va non seulement prendre fait et cause pour eux contre les colonisateurs, mais elle va également les rejoindre dans son engagement spirituel. Elle va trouver dans le désert sa vérité, donner un sens à sa vie.
Déjà dans les premiers mois de son périple, on sent qu'elle se laisse envahir , écrit Jean-René Huleu, par "cette sensation d'isolement, d'immuabilité dans l'immensité du décor saharien", une atmosphère qui fait naître le rêve "en une dispersion délicieuse de l'être".

A Kenadsa où Isabelle Eberhardt s'installe, on sent qu'elle perd peu à peu la notion de l'extérieur, de l'agitation des passions, pour se laisser aller à l'immobilité ambiante: immobilité des choses dans le désert où "tout est blanc et apaisé", mais aussi celle des gens aux gestes lents, graves et silencieux: : "Il en est ainsi sur les routes désertes du Sud, de longues heures sans tristesse, sans ennui, vagues et reposantes, où l'on peut vivre de silence"
Et sa quête d'elle-même va s'intensifier dans la chaleur du Sud saharien. Elle va recevoir la révélation de l'islam comme une explosion en elle : "Je sentis une exaltation sans nom emporter mon âme vers les régions ignorées de l'extase". Elle est fascinée par l'islam et n'a de cesse d'approfondir cette révélation jusqu'à s'engager dans un profond mysticisme. Isabelle Eberhardt va faire une expérience intérieure dans la "zaouïa" de Kenadsa, confrérie où elle est reçue en tant que "taleb", c'est-à-dire étudiant, plus précisément "demandeur de savoir " ou "voyageur en quête de sens". Elle va y trouver ce vieil islam qui la fascine et qui va la conduire vers une forme de dépouillement et de contemplation et même d'anéantissement qu'elle recherche. Jean-René Huleu nous explique :"L'apaisement des désirs, la vie humble, le pèlerinage dans les profondeurs de l'être, la rapprochent de ce rêve d'islam pur, de vieil islam qu'elle chérit depuis si longtemps". Isabelle Eberhardt elle-même a écrit : "Je goûtais dans l'âpreté splendide du décor, la résignation, le rêve très vague, l'insouciance profonde des choses de la vie et de la mort".
Elle est certainement initiée par les plus inspirés des musulmans, les mystiques soufis qui ont dû lui montrer la voie d'initiation à une mystique métaphysique et une méthode de réalisation spirituelle. Arrivé à ce niveau de connaissance et de pratique religieuse, l'initié devient "marabout" et pour Isabelle Eberhardt la question maraboutique s'est certainement posée. Elle est devenue celle qui a certains pouvoirs surnaturels, celle qui fait des rêves prémonitoires, des rêves d'anéantissement dans le "paradis des eaux".
Nous ne savons pas grand chose de cette expérience qu'elle gardait secrète, car sans doute n'a -t-elle pas eu le temps de briser le silence sur ce qu'elle a vécu. Rappelons simplement qu'elle est morte à l'âge de vingt sept ans, emportée par un oued en crue et qu'elle avait vécu, quelque temps auparavant, dans un moment de délire dû à la fièvre, l'anéantissement de son corps dans les eaux et l'envol de son esprit.

 

La rencontre avec Marie-Odile Delacour et Jean-René Huleu

La vie d'Isabelle Eberhardt : Quelques repères.

Trois aspects essentiels de la vie d''Isabelle:
Le jeu du "je"- Son regard sur les êtres - Sa quête spirituelle

Quelques extraits de l'oeuvre d'Isabelle Eberhardt