Gap -  Hautes-Alpes

Le Noir qui marche à pied

Louis-Ferdinand Despreez

Ed. Phébus, 2008

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Qu'est-ce qui pousse le superintendant Zondi à rendre visite à tous les malfrats et les assassins qu'il a fait enfermer dans des prisons ou interner dans des hôpitaux psychiatriques? Une fois leur affaire classée, il ne pouvait s'empêcher d'aller leur tenir la main dans des parloirs de misère. Une façon de faire un peu mieux son boulot de flic ? Au fond, ces plongées ténébreuses dans le grand égout des faiblesses et des dérapages humains ne représentaient pour lui rien d'autre qu'une interminable succession de cours de sociologie ou de criminologie appliquée.
Une façon de se conduire en profiler, de comprendre ce qui se passait dans la tête de ceux que son chef appelait la crème de la lie.
Mais ce n'est pas seulement le comportement des criminels que Zondi tente d'analyser; son questionnement porte sur la société africaine : ses frères de couleur noirs à qui il reproche de se poser toujours en victimes depuis la fin de l'apartheid, les Blancs toujours aussi racistes mais dont une partie est devenue pauvre et aigrie; les responsables politiques incompétents, incapables de construire une société égalitaire et dont on ne pouvait que constater l'absence de vision.

Tristement, lorsqu'il y songeait, et de plus en plus souvent alors qu'il constatait son impuissance croissante, le superintendant Zondi se disait que son pays bien-aimé s'était laissé aller, qu'il s'était laissé prendre au piège de l'autosatisfaction : tout simplement parce que les Noirs avaient été libérés de l'apartheid sans violence, que la planète entière leur avait délivré un satisfecit et leur avait fait croire que toutes leurs souffrances allaient ainsi être effacées d'un coup de baguette par Magic Mandela... Cette victoire politique avait été universellement considérée comme la condition nécessaire et suffisante du bonheur, de la transformation sociale et comme le bout du chemin, après une longue lutte, une si longue lutte contre la ségrégation raciale. Et tout le monde s'était alors endormi sur les lauriers de la démocratie bredouillante en se berçant de cette illusion que tous les Sud-Africains étaient devenus des frères de sang inconditionnellement amoureux de leur nouveau drapeau, comme si aucune rancœur ou aucun malentendu n'avait subsisté.

Et quand le kidnapping d'un enfant vient s'ajouter à celui de quatre autres disparus, enlevés en quelques semaines à la sortie de leur école, Zondi comprend qu'il est confronté à une nouvelle forme de criminalité : des enfants pris en otage pour devenir une  monnaie d'échange. Et c'est parce que les victimes sont des enfants que ce livre est terriblement violent et parfois insoutenable. Cependant ce n'est pas tellement l'intrigue policière qui donne son intérêt à ce polar : c'est la description sociologique qui est faite de l'Afrique du Sud, le tableau qui nous est fait de la situation de ce pays depuis la fin de l'apartheid : un pays en pleine déliquescence qui s'enfonçait de plus en plus dans la violence, la corruption et le dogmatisme politique borné.
La lutte contre l'apartheid avait duré un peu moins d'un siècle, l'état de grâce avait duré dix ans. peut-être ne restait-il maintenant qu'un an pour décider enfin de s'asseoir sur les beaux principes cosmétiques pour regagner le terrain perdu pied à pied. Et qui allait donner à la Nation Arc-en-ciel ce coup de pied au cul salutaire dont elle avait tellement besoin? Une seule voix s'était fait entendre avec véhémence, celle de l'archevêque Desmond Tutu, mais son oracle annonçant que l'Afrique du Sud avait perdu son âme avait suscité bien peu d'enthousiasme à Luthuli House*, dans les ministères ou dans les couloirs du Parlement ...

( * Il s'agit d'un discours prononcé le 27 septembre 2006, dans lequel l'ancien prix Nobel de la Paix a déclaré que l'Afrique du Sud avait perdu son âme et perverti sa liberté. Il faisait tout particulièrement référence à la criminalité en hausse et à la conscience noire qui ne devait pas être une fin, mais un début ...)

(Présentation : Anne-Marie Smith)