Gap -  Hautes-Alpes

Le grand marin

Catherine Poulain

Ed. de l'Olivier, 2016

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Lorsque Lily annonce qu'elle part en Alaska au bout du monde aux îles Kodak précisément, pour pêcher la morue et le flétan, on se moque d'elle qui n'a jamais pêché. Mais c'est un vieux rêve et Lily "la baroudeuse", le double de l'auteur, n'en est pas à son coup d'essai. Elle a parcouru les quatre coins du monde. Pour elle ce n'est pas une fuite de plus mais "une quête, aller vers autre chose" dira-t'elle. Fascinée par ce monde de la pêche, mystérieux monde d'hommes, elle se fait embaucher sur le Rebel sur lequel" règne"une équipe de marins aguerris." Embarquer c'est merveilleux, s'arracher à la terre, euphorique " dira-t'elle.
Elle a tout à apprendre, tout à prouver en tant que femme ( plutôt fluette, on la surnomme le moineau) et en tant que "bleue". Elle dormira à même le pont, par terre, s' étant fait faucher sa couchette  dès la première nuit. Elle  subit brimades et humiliations sans broncher et apprendra le dur métier  de pêcheur où elle compensera son déficit physique par la réflexion et la débrouillardise. Elle apprend vite, c'est une question de survie, et aussi un double défi : trouver sa place et s'intégrer dans ce monde d'hommes rudes, durs au mal, sans complaisance et faire face aux dangers de la pêche et de l'océan. Elle réussira, à la surprise de certains, à  gagner leur confiance et une certaine reconnaissance face à tant de détermination. Car la vie sur le bateau n'est pas qu'une aventure physique mais aussi humaine : elle va y rencontrer une vraie communauté et une fraternité.

La pêche est présentée ici comme un combat sur soi-même : aller au delà de ses limites, de l'épuisement des corps, de la peur dans un monde dangereux au point de s'oublier soi même : "c'est une drogue" écrit-elle et plus loin : "la peur ne me quitte pas, c'est l'exil je pense". Et c'est ce que recherchent Lily et tous ces hommes semble-t'il.

Tout est minutieusement rapporté pour nous faire toucher ce monde réel du travail qui passe par les sensations et les corps, leur gestuelle comme une danse. On est pétrifié par le froid; on sent le sel sur les lèvres et le goût du sang des poissons éventrés; on entend le mugissement de l'océan. On est avec Llily sur le Rebel.

C'est là qu'elle rencontre" le grand marin", pêcheur hors pair qui brûle sa vie jusqu'à l'épuisement entre l'alcool et sa  passion pour l'océan. Plus qu'une histoire d'amour, somme toute banale, c'est une rencontre nous dit l'auteur, entre deux êtres très différents qui vont se révéler l'un à l'autre dans un monde à demi fou. Allez-y vous n'en reviendrez pas.

(Présentation : Mireille Lamberty)