Gap -  Hautes-Alpes

Zouleikha ouvre les yeux

Gouzel IakhinaBrien

Les éditions Noir sur Blanc, 2017 - Traduit du russe par Maud Mabillard

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2020_2021 :
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
   Petites maisons d'édition
   Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Atelier d'écriture :
    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Magnifique roman russe contemporain. Il raconte l’épopée de Zouleikha, jeune épouse tatare, mariée à 15 ans à un homme bien plus âgée qu’elle. Elle est entraînée dans la dékoulakisation commandée par Staline. Nous suivons les péripéties de sa vie entre 1920 et 1946.

Zouleikha est déportée vers un camp de travail en compagnie de russes de toutes classes sociales sous le commandement d’un soldat russe : Ivan Ignatov.

Zouleikha va, à plusieurs reprises, ouvrir les yeux sur de nouvelles vies qui feront d’elle une femme forte. Ce roman envoûtant nous touche au cœur. Il montre à quels points les difficultés peuvent changer les Hommes. Il nous ouvre les yeux sur cette période stalinienne où le pays s’est détruit, mais aussi construit différent au prix de souffrances extrêmes d’une partie de sa population.

Zouleikha ouvre les yeux aborde aussi en filigrane les conditions de la femme, soumise aux violences de son vieux mari, de sa belle-mère presque centenaire, et de la rudesse de sa vie. Zouleikha est façonnée par les traditions et les superstitions de son époque.

Ce livre traite aussi les liens d’amitié et solidarité entre ces exploités du projet fou de Staline. Liens qui leur permettent de survivre dans ses atroces conditions, démunis de tout. Ils sont contraints à la force de leurs bras dénutris, de construire le camp qui deviendra leur nouveau lieu de « sur-vie ». L’exploitation sexuelle est également présente.

Au fil des pages, nous voyons les personnages évoluer, notamment le soldat Ivan Ignatov, lui aussi oublié sur ces rivages glaciaux en hiver et torrides en été. Puni, piégé pour quelques gestes d’humanité vis-à-vis de « ses déplacés ». Partis pour quelques jours, il restera, lui aussi, à 400 km de la toute dernière bourgade sur le fleuve sibérien Angara. Ils sont au fin fond du monde, ravitaillé selon les conditions météorologiques et le bon vouloir d’un commandant de bateau.

Zouleikha frêle jeune femme va accoucher au terme de leur périple, en pleine taïga. L’enfant est de son mari qui la prise de force la dernière nuit avant l’arrivée de la horde rouge dans leur village. Après la mort de ses 4 premiers enfants, des filles, ce garçon va survivre. Cette montagne d’épreuves inhumaines parsemée d’une multitude de morts aboutit à ce que Zouleika puisse enfin donner la vie et devenir mère.

(Présentation : Isabelle Revelard et Marie Scrimgeour)