Gap -  Hautes-Alpes

Zola Jackson

Gilles Leroy

Mercure de France, 2010

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

2005 : L'ouragan Katrina arrive sur la Nouvelle-Orléans et ordre est donné de quitter les maisons. Quitter sa maison pour aller où ? Zola Jackson, une vieille institutrice noire, refuse de quitter cette ville : On y est né, on y a souffert à peu près tout ce qu'une créature du Seigneur peut y encaisser, et on y reste. Ce n'est pas le goût du malheur, non, et pas faute d'imagination. C'est juste qu'on a personne d'autre où aller. Alors elle organise sa survie : elle colmate, calfeutre, protège et rassemble tout ce qu'elle peut. Elle remplit d'eau la baignoire, vide le congélateur espérant en faire cuire les aliments, prend un dernier pack de bières et monte dans sa chambre, en compagnie de sa chienne Lady.
Sur la ville d'ordinaire si bruyante, le silence est écrasant. Mais à deux heures du matin, l'ouragan se déchaine ; vitres brisées, cabines téléphoniques arrachées, les toits en verre explosés, voitures emportées ...Et ce que l'on craint arrive : les digues cèdent et les rues deviennent torrents qui emportent tout sur leurs passages. Les hélicoptères vombrissent dans le ciel, mais ils volent vers le centre-ville, là où sont les beaux quartiers ...

Confinée dans sa chambre, Zola se laisse envahir par ses souvenirs et se rappelle ceux qu'elle a aimés, aujourd'hui disparus : son mari Aaron, son fils Caryl, cet enfant métis que ses camarades insultaient parce qu'il avait les yeux verts, un enfant très doué dont elle était si fière même si elle avait un peu de mal à accepter son homosexualité. Elle se rappelle aussi les gens de son quartier, les gamins qu'elle accueillait chez elle pour les aider et leur faire griller du pop-corn pour remplir leur estomac bien souvent vide.

Au gré des souvenirs de Zola que les vapeurs d'alcool rendent parfois incertains, Gilles Leroy veut avant tout faire le portrait d'une héroïne digne des plus grandes, une femme libre que rien ne semble pouvoir terrasser, qui fait fi de tous les préjugés, capable de mettre sa vie en danger pour sauver sa chienne, une mère qui porte à son fils un amour infini. Mais à travers Zola, Gilles Leroy brosse un portrait de l'Amérique dont il nous rappelle le scandale que fut la gestion de l'ouragan Katrina, la priorité donnée au sauvetage des gens des beaux quartiers, le sentiment du peuple noir d'être une fois de plus les oubliés du rêve américain. Ajouté à cela, le rôle de la presse à sensation capable d'envoyer des dizaines d'hélicoptères non pas pour sauver les derniers rescapés mais pour faire des images de leur mort.

(Présentation : Anne-Marie Smith)