Gap -  Hautes-Alpes

Vrouz

Valérie Rouzeau

Editions La Table Ronde, 2012


 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Dans son nouveau recueil de poèmes, Valérie Rouzeau, dès le titre, VROUZ, interpelle, joue une composition et propose au lecteur de découvrir qui se promène sous ce vocable étrange.

« Même ici c’est encore un cliché que j’écris
Magie féérie quelques syllabes pauvres flocons
Si encore je les attrapais en tourbillon
de joie vrouz avant que mon coeur fond »

Tout y est, les vers libres, les rimes, (peu souvent aussi suivies !) et le regard du jour sur la neige qui tombe. Tendresse. Fragilité. Le moment choisi, le doute de l’écriture, l’instant à fixer à dire avec envie de faire part à l’autre, lecteur anonyme et présent.

Un peu plus loin, c’est la difficulté d’un moment de vie professionnelle passée qui fait l’objet d’un poème et l’on est alors sensible à l’association qui porte l'auto-dérision et rend plus léger le propos.

« Je faisais VRP pas Valérie Rouzeau
Poète mais Voyageuse Représentante Placière »

Les poèmes nous enchantent de jeux de sonorités, de références décryptages phonétiques souvent avec des « presque » formules clichés d’association de mots repensés, nous invitent  à revoir avec humour ou nostalgie les événements du quotidien le plus simple, un voyage en transport en commun, un échange dans le bus, un appel téléphonique, un fait divers…

Sans ponctuation, comme il est de mise dans cette poésie d’aujourd’hui, l’auteure tient la gageure tout en se plaignant par moment de cette contrainte, de composer en sonnets. Quatorze vers libres rythment chacun des cent cinquante poèmes du recueil, cadre que le lecteur accueille de bonne grâce.

Valérie Rouzeau tisse à partir de ce qu’elle vit et ses poèmes ont la vérité profonde et légère de la musique des émotions, de la chaleur du coeur. C’est une semeuse.

(Présentation : Marie-Pierre Orsoni)