Gap -  Hautes-Alpes

Vie animale

Justin Torres
Traduit de l'anglais (USA)
par Laetitia Devaux

L'Olivier, 2012

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

On en voulait encore. On frappait sur la table avec le manche de nos fourchettes, on cognait nos cuillères vides contre nos bols vides ; on avait faim. On voulait plus de bruit, de révoltes. On montait le son de la télé jusqu’à avoir mal aux oreilles …On voulait plus de musique à la radio …On voulait des muscles sur nos bras maigres… On était six mains qui happaient et six pieds qui trépignaient ; on était des frères, des garçons, trois petits rois unis dans un complot pour en avoir encore.
Quand on se battait, on se battait avec des bottes et des outils, des tenailles qui pincent… On voulait plus de vaisselle cassée, plus de verre brisé. On voulait plus de fracas.


Trois enfants livrés à eux-mêmes qui vivent en meute dans le quartier de Brooklyn. C’est le petit dernier dont on ne connait pas le nom, qui est le narrateur. Il a sept ans. Les deux autres huit et dix. Leur vie se déroule comme à l’état sauvage, un état naturel comme vivent les animaux en relation étroite avec la terre, la nature.

Ils font partie d’une famille, une famille qui tente de survivre dans une situation pour le moins précaire : le père, un Portoricain, vit de petits boulots ou n’a pas de boulot. Ses colères débouchent sur des coups de fouet : Quand Paps rentrait, on recevait des corrections. Mais il est aussi capable de complicité avec ses fils : il achète  une camionnette pick-up pour les emmener faire des virées loin de leur maison, en oubliant que ce n’est pas une voiture pour une famille de cinq personnes mais on va faire une balade qu’on n’oubliera jamais, comme ça plus tard, on parlera toujours de la fois où on a eu un pick-up,  même si le soir même ils n’auront rien à manger! La mère, petit bout de femme fragile, toujours fatiguée, travaille la nuit dans une brasserie : … elle était un peu perdue. Elle se réveillait n’importe quand, elle se trompait, elle mélangeait les jours et les heures, elle nous ordonnait de nous brosser les dents, de nous mettre en pyjama et de nous coucher en plein milieu de la journée… Certaines nuits, Ma nous mettait dans la voiture et nous emmenait à l’épicerie, à la laverie ou à la banque.  Les parents étaient des ados quand leur premier fils est né. Dans la famille, on s’engueule, on se donne des coups, on joue avec la nourriture en écrasant des tubes de ketchup qui gicle sur la figure, mais on s’aime, on partage de grandes joies .
Les scènes s’enchaînent les unes aux autres, on fait bêtise sur bêtise et les rires explosent. On braillait « Joyeux anniversaire ! Bonne année ! Il est zéro heure ! C’est le temps qui n’existe pas ! On s’amuse comme des fous ! »
Mais si, le temps existe, les heures tournent, les enfants grandissent, l’adolescence arrive … Et le petit dernier veut se libérer, s’affranchir du groupe, de la meute. Il sent quelque chose qui grandit en lui, qui fait de lui un être singulier, un être qui peut dire « je », mais les autres vont-ils accepter ce détachement ? Son secret qu’il avait confié aux mots  et qui devait donc rester confidentiel, a été exhibé dans toute sa nudité et on sortira de ce roman complètement assommé par les dernières pages.

Présentation : Anne-Marie Smith