Gap -  Hautes-Alpes

United colours of crime

Richard Morgiève

Carnetsnord, 2012

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Dès les premières pages, le mystère s'installe.
Chaim pense qu'il est arrivé au bout, à trente et un an il ne peut plus continuer, sous quelle identité ? Il est déjà mort à Monte Cassino. Il ne s'appelait pas Chaim Chlebek mais Ryszard Morgiewicz....Chaim s'en veut de rabâcher ses ennuis. Il n'avait qu'à réfléchir, mais au fond, il se sent libéré, presque neuf, la mafia jour et nuit depuis...cinq ans !
1951, Sud du Texas : Chaim roule de nuit vers la frontière du Mexique. Il est surpris dans son sommeil par des voyous qui veulent le dévaliser, lui tirent dessus, lui écrasent le visage et le laissent pour mort.
Ce doigt qui humecte ses lèvres est doux, légèrement parfumé. Odeur de propre, de plantes...Il est couché, le moteur gronde.L'homme doit conduire, la femme est là, près de lui...il ne fait que s'évanouir et s'éveiller...Une femme, une Indienne est là.
Il sera secouru et recueilli par cette jeune Indienne, Dallas, et son compagnon Dirk, un Scientifique allemand, ancien espion exilé aux Etats Unis. Tous deux vivent dans un ranch isolé, à l'écart de la société.
Lentement, grâce aux soins de Dallas aidée d'un chamane de sa tribu, Chaim va émerger des cauchemars qui revisitent son passé. Le passé qui repasse. Les absences de Dirk faciliteront l'adaptation de Chaim à cet habitat sommaire et au mode de vie de Dallas. Tout un monde inconnu à appréhender. Pourra-t-il renaître à nouveau ?
Oublier son passé sulfureux ? Finira-t-il par gagner le Mexique avec le sac de dollars dérobé à la mafia de New-York et caché dans un lieu qu'il peinera peut-être à retrouver ?

D'une écriture sèche, en phrases rythmées comme les saccades des routes du Texas, Richard Morgiève dresse un portrait irrévérencieux de l'Amérique des années 50.
 Par la voix d'un orateur public, il nous donne à lire les propos suivants :
Bien avant les Turcs et les Allemands, les Blancs américains ont inventé le génocide. Ils ont exterminé les Indiens, les ont dépossédés et ça ne les empêche pas de prêcher la démocratie, de s'ériger en champions de la démocratie...Le maccarthysme, c'est le nazisme à la portée de tous... Les Américains seront balayés par l'histoire parce qu'ils sont cons. Cette superpuissance s'effondrera dès la fin du siècle.

Ce texte foisonnant, violent et poétique à la fois, commence comme un polar et devient au fil des pages un récit passionnant, haletant. Se lit comme un voyage intérieur, un journal politique et social mais surtout roman d'amour, d'apaisement et hymne à la nature. Sur une pente, en pleine aube, il a enfin conscience que la nature est une écriture.Elle est structurée comme telle, avec pleins et déliés, verbes, adjectifs, temps, ponctuations. La nature peut donc être entendue, comprise. C'est une langue et l'homme peut l'apprendre et apprendre d'elle ce qu'il n'apprendra pas par lui-même ni par son rapport avec ses congénères...
Tout autour d'eux, les cactus sont en fleur, rouges comme les coquelicots de Monte Cassino.

Présentation : Josette Reydet