Gap -  Hautes-Alpes

Le Turquetto

Metin Arditi

Actes Sud, 2011

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2018_2019:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman

     Des histoires de grands espaces

- Rencontres littéraires :
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2018_2019

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion


 Elie Soriano est né de parents juifs espagnols, en terre musulmane, à Constantinople, vers 1519. Très jeune, il montre un talent exceptionnel pour dessiner et faire apparaître en quelques instants le portrait d'un homme rencontré dans la rue ou dans une taverne; un instant de face à face lui suffit pour garder en mémoire chaque détail de sa physionomie et la dessiner après de mémoire comme si un ange guidait sa main... Ce n'était pas un enfant comme les autres.
Il sait qu'il existe à Venise des ateliers où des enfants apprennent tout ce qui touche le métier de peintre, le designo et le colorio. Et quand son père, employé du marché des esclaves, meurt, Elie n'hésite pas : il s'embarque sur un galion en partance pour Venise, avec pour toutes richesses sa pierre noire, ses plumes et trois flacons de sépia .Et il n'hésite pas à renier ses origines et à trahir son père en prenant soin de masquer son vrai nom : il sera dorénavant Ilias Troyanos, chrétien. S'il veut fuir, c'est avant tout pour échapper à la loi juive qui interdit toute représentation de la création divine : Tu ne représenteras ni la figure d'un homme, ni celle d'une femme. Ni celle d'un animal sur terre. Ni celle d'un oiseau dans le ciel. Ni d'une bête qui rampe sur le sol. Ni d'un poisson qui vit dans eaux. Rien! Tu ne représenteras rien ni personne! Voilà ce que dit la Loi. Mais Elie ne peut vivre sans dessiner.

A Venise, après six dures années d'atelier chez le Maître Le Titien, Elie, dit Le Turquetto (le petit Turc), est reçu à 18 ans dans la confrérie, ce qui lui donne le droit d'ouvrir boutique. Les commandes vont affluer. Pendant 12 ans, il va travailler d'arrache-pied : Il peignait et peignait sans cesse, en artiste et en forçat. Il sait allier dans ses oeuvres où éclate son talent, la précision du designo des peintres de l'école florentine et la sensualité du colorito des peintres vénitiens. Il devient un peintre célèbre que tout Venise encense mais lui sait rester discret. Il est au sommet de sa gloire. Il a épousé Stefania, la fille d'un peintre vénitien, gentille mais très disgracieuse. Il semble que rien ne puisse arrêter son ascension dans cette période faste de la Renaissance.

Mais le destin du Turquetto va basculer quand une jeune femme juive, très belle, se présente comme modèle pour un tableau La Vierge à l'enfant ...

Le livre nous mène de Constantinople à Venise . De cette dernière, l'auteur nous dresse un tableau saisissant : nous suivons le bouillonnement artistique de l'époque, les rapports de l'art et du pouvoir, la corruption généralisée de la ville qui s'adonne à des plaisirs profanes et que certains religieux veulent remettre dans le droit chemin grâce aux oeuvres sacrées qui doivent faire redécouvrir les vraies valeurs de l'Eglise.

(Présentation : Anne-Marie Smith)