Gap -  Hautes-Alpes

Terre des affranchis

Liliana Lazar

Gaïa Editions , 2009

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 Il est un lac en Moldavie, appelé "La fosse aux lions" qui se déploie au milieu d'une forêt. Les légendes les plus folles courent sur ce lac. Au XVIe siècle, des soldats turcs y ont été défaits et noyés. Depuis "la nuit, les ossements des soldats turcs,qui depuis des siècles gisent au fond du lac, remontent lentement à la surface ". On dit même que leurs âmes tourmentées, les moroï, planent au-dessous de l'eau. Seuls les adolescents montaient au lac pour y éprouver des sensations fortes, en s'adonnant à des ébats interdits. C'est dans ce cadre angoissant que débute le roman.

A Slobozia, non loin du lac, vivait la famille de Tudor et Ana Luca. Lui, un ancien mineur, faisait régner la terreur sur sa famille. Son souffre-douleur était son fils Victor, qu'il battait à la moindre occasion. En 1965, alors que Ceausescu prenait le pouvoir en Roumanie, à Slobozia on découvrit un jour le corps de Tudor, flottant dans "la fosse aux lions". Son fils Victor, âgé de 12 ans, aimait venir se promener au bord du lac qui semblait lui apporter une sorte de protection. Il avait un jour de cette année, surpris son père ivre qui déambulait en titubant et il n'avait pas hésité à le frapper jusqu'au moment où les eaux du lac l'avaient englouti.

Victor vivait avec sa mère et sa jeune soeur Eugenia, reclus dans une pauvre masure. La seule sortie autorisée par Ana était l'église. Ils assistaient chaque dimanche aux longues lithurgies du père Ilie, selon le rite orthodoxe.
Un jour, alors qu'il avait atteint sa dix-septième année, il commit un acte irréparable : il étrangla une jeune fille qui refusait de l'accompagner au bal du dimanche soir. Paniqué par son geste qu'il n'avait pas prémédité, il se soumit à la volonté de sa mère qui, dans le souci de le protéger, lui conseilla de partir dans la forêt.

A partir de là Victor n'aura de cesse de trouver un moyen de se racheter pour sauver son âme promise aux flammes de l'enfer. Pendant vingt ans il vivra reclus dans la maison de sa mère et deviendra copiste d'ouvrages religieux, des vies de saints essentiellement, interdits sous la dictature de Ceausescu...

Ce roman, à la fois conte et thriller, roman historique et politique, se déroule dans un contexte de religiosité et de superstition qui guide la vie de tous les villageois et provoquera de nombreuses catastrophes. La mort est omniprésente, souvent décrite d'une façon insoutenable, et avec elle l'idée de péché, d'expiation et de rédemption.

Liliana Lazar est née en Moldavie, près du lac de "la fosse aux lions". Elle a passé son enfance près de cette grande forêt qu'elle décrit dans son livre, où son père, garde-forestier, l'emmenait souvent. Elle vit maintenant en France, à Gap et écrit en Français.