Gap -  Hautes-Alpes

Tangente vers l'Est

Maylis de Kerangal

Gallimard, 2012

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion


 Après "Naissance d'un pont "son livre précédent, c'est à nouveau une invitation au voyage que nous propose l'auteure;  non plus pour la Californie, mais pour la Sibérie. Nous voici embarqués dans le transsibérien entre Krasnoïarsk et   Vladivostok.   Nous n'aurons  à aucun moment envie d’en descendre tant ce récit nous happe et nous tient cloués à notre siège.
Un voyage mythique donc et quel voyage!  au bout de la nuit, au bout de l'enfer ou peu s'en est fallu...En tout cas, rien à voir avec celui que l'auteure a effectué avec d'autres écrivains dans ce même transsibérien en juin 2010 dans le cadre de l'année France-Russie si ce n'est la présence  majestueuse des paysages sibériens et la rencontre quasi sacralisée avec le lac Baïkal " la plus grande réserve d'eau douce du monde".
Que met en scène ce court roman de 127 pages? toute une population russe régentée par" les provonitsas ", hôtesses chargées de la surveillance des wagons et qui s'affairent auprès des samovars. Et puis plus d'une centaine de conscrits résignés, ne connaissant pas leur lieu d'affectation mais certains du bizutage terrible  qui les attend au bout des rails...L'un d'eux, Aliocha, ne se résigne pas lui, au sort qui l'attend et depuis le départ ne pense qu'à une chose: saisir le moment propice pour déserter et échapper à la violence de ce bizutage. C'est Hélène, une française, montée dans le train à Krasnoïarsk, qui, malgré elle dans un premier temps, va l'aider. Elle a quitté brutalement son compagnon Anton pour fuir la Sibérie où ils vivaient, n'y supportant plus son isolement. Elle veut rentrer à Paris mais cette ligne va à Vladivostok. Est-ce un signe du destin? 
Et c'est la rencontre plutôt improbable entre ces deux "fuyards" que tout sépare: la langue d'abord, l'âge, le milieu... Dans le couloir ils fument ensemble une partie de la nuit, parviennent à échanger leur prénom puis brusquement, tout bascule. Aliocha réussit à imposer à Hélène  sa présence dans son compartiment: elle accepte de le cacher pour une nuit. Son absence vite découverte, une traque sans merci commence.
C'est donc dans ce huit clos du train, puis du compartiment pour finir dans les toilettes, que va se jouer le sort d'Aliocha auquel est liée désormais Hélène. Le  piège se referme sur le jeune soldat, les caches devenant de plus en   plus improbables tandis qu'au dehors, imperturbable  et sans limite, se déploie l'immensité sibérienne métaphore de la liberté tant convoitée. Aliocha réussira-t' il son évasion? Moments intensément dramatiques que l'écriture réussit à restituer au plus près: haletante, hachée, nerveuse et ramassée, quand il s'agit du sort d'Aliocha ; la phrase devient ample, sinueuse et lyrique quand il s'agit d' évoquer ce qui s'offre à notre regard derrière la vitre. Une très belle performance d’écriture.
Exotisme et singularité de l'écriture font de ce roman un moment de lecture très fort à ne pas manquer.

 

Présentation : Mireille Lamberty