Gap -  Hautes-Alpes

La soustraction des possibles -

Joseph Incardona

Ed. Finitude, 2020

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2020_2021 :
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
   Petites maisons d'édition
   Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Atelier d'écriture :
    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Nous sommes en Suisse à la fin des années 80, dans l’univers des très riches, de leurs banquiers qui connaissent les tours de passe-passe pour blanchir les fortunes, de leurs subalternes qui aimeraient leur part du gâteau et qui croient, les naïfs, qu’ils s’en sortiront sans dommage.

Svetlana, jeune financière promise à une belle carrière, rencontre Aldo, plus gigolo que professeur de tennis. Ils sont beaux, s’aiment et ont les dents longues : ils mettent en place un système pour récupérer les énormes sommes d’argent en transit dans différents pays, avant d’arriver dans les banques de Genève.
Mais , bien sûr, tout s’enraie. Des prolongements inattendus en Corse nous font rencontrer des personnages étonnants : la fine fleur de la mafia locale, sous les traits d’une vieille femme cheffe de bande à la fois cultivée et impitoyable, attachée à sa terre et capable de régler ses comptes sans état d’âme, ainsi que sa famille.
Également Odile, belle femme sur le retour qui s’entiche de Aldo, mais reste lucide : elle sait que tout se marchande. Et qu’ils ne sont pas du même milieu.

Nous sommes entraînés à un rythme sans relâche dans un tourbillon de trahisons, de mensonges, de coups montés qui tournent mal, jusqu’au final, cynique, féroce, mais pouvait-il en être autrement ? Avec l’amertume de constater que le monde capitaliste est toujours aussi cruel en 2020.

« La Soustraction des Possibles » (quel titre!!) est un roman noir politique sans concession au style sec, ironique, radical, avec parfois des ouvertures sur une possibilité de l’amour, ou de la morale , mais on ne peut y croire.

Dans des apartés au lecteur, l’auteur lui décrit ce qui est en train de se mettre en place, le rend spectateur, peut-être juge ? Et nous fait subtilement et avec humour déboucher sur le processus de l’écriture en cours.

p. 377 : « L’amour et la compassion sont la preuve de notre évolution. Mais il n’est pas certain que ceux qui en font l’expérience survivront dans les temps à venir. »

De mère suisse et de père sicilien, Joseph Incardona est l'auteur d'une douzaine de livres, de scénarios (pour le théâtre, le cinéma et la bande dessinée), ainsi que réalisateur de cinéma. Personnalité atypique et auteur prolifique, ses références sont issues à la fois de cette culture mixte suisse et italienne, ainsi que du roman noir et de la littérature américaine du XXe siècle. Malgré la gravité des thèmes qu'il a pour habitude de traiter avec le style très noir et rythmé qui le caractérise, on trouve aussi dans ses œuvres un ton décalé souvent associé à une forme de pudeur. En 2015, son roman Derrière les panneaux il y a des hommes, publié aux Éditions Finitude, remporte le Grand prix de littérature policière du meilleur roman en français. (sources : Wikipédia)

(Présentation : Marie Pierre Orsoni)