Gap -  Hautes-Alpes

Le sermon sur la chute de Rome

Jérôme Ferrari

Actes Sud, 2012

 

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

En exergue, cette phrase extraite du sermon sur la chute de Rome Le monde est comme un homme : il naît, il grandit, il meurt, phrase prononcée par Saint Augustin en l'an 410 de notre ère dans le port d'Hippone, lors de la chute de Rome.

Bien que nos deux héros s'inspirent aussi des théories de Leibniz afin de créer le meilleur des mondes possibles, cela ne fait pas pour autant de ce livre une œuvre philosophique ou théologique. Dans un entretien, J. Ferrari nous dit avoir voulu donner une incarnation romanesque à ces deux concepts : la finitude du monde dans lequel nous vivons et pourtant l'utopie d'un monde le meilleur possible.

L'auteur va nous entraîner dans un labyrinthe familial et sociétal. L'action se déroule dans un bar que nos deux amis, abandonnant leurs études et la vie parisienne bien hiérarchisée, décident de prendre en gérance pour sauver ce lieu de convivialité, âme du village et en faire un microcosme idéal. Le grand-père de Matthieu, revenu des Colonies, plein d'amertume et très malade, donnera à son petit-fils, que pourtant il n'aime pas, de quoi payer la gérance. Il savoure d'avance l'échec annoncé de l'entreprise.
Les villageois et les chasseurs des hameaux voisins reprennent leurs habitudes : apéros et parties de cartes. p. 87 : On aurait dit que c'était le lieu choisi par Dieu pour expérimenter le règne de l'amour sur terre et les riverains eux-mêmes, d'habitude si prompts à se plaindre des moindres nuisances, arboraient le sourire inaltérable et béat des élus.
Libero et Matthieu, incompétents en matière de bar, réfléchissent et font preuve de bon sens : (lire p. 93, 94) Il faut vendre des produits de qualité pour attirer les touristes.
Restait à résoudre le problème crucial des serveuses. Vous avez besoin de quelqu'un de fiable et qui connaît la musique, leur dit un ami aux relations douteuses, qui leur veut du bien. Mais une, ça ne suffit pas, plutôt trois ou quatre. Le soir, il faut des filles, deux mecs, ce n'est pas bon...Si vous n'êtes pas des cloches, vous aurez du monde...
Nos amis se satisfont de la tournure que prend leur entreprise : des jolies serveuses,  charcuterie et fromages du cru à déguster, alcool, guitares et musique techno, le bar ne désemplit pas jusqu'au bout de la nuit. Matthieu songe à Leibniz et se réjouit de la place qui est maintenant la sienne dans le meilleur des mondes possibles.
Mais très tôt dans le roman, l'écrivain annonce que cela finira mal  par une nuit de pillage et de sang qui détruira ce que Matthieu tenait pour le lieu choisi par Dieu pour expérimenter le règne de l'amour sur la terre.
Matthieu et Libero vont foncer tête baissée vers la catastrophe en commettant des erreurs de gestion, des erreurs sur les personnes qu'ils emploient, en permettant la dérive des comportements jusqu'à l'irréparable.
Aurélie, sœur de Mathieu, archéologue de profession, qui l'avait déjà mis en garde à l'aube du projet, fera à nouveau entendre la voix de la raison, sans aucun effet.

La fin de ce monde rural concentré dans un lieu unique : un bar de campagne est-elle inéluctable ? Le retour forcené vers les racines est-il voué à l'échec ?
Matthieu, dernier-né d'une lignée trouvera-t-il sa place ?

p.59 : Matthieu et Libero étaient les deux seuls créateurs de ce petit monde. Le démiurge ne sait même pas qu'il construit un monde, il fait une œuvre d'homme, pierre après pierre, et bientôt sa création lui échappe et le dépasse, et s'il ne la détruit pas, c'est elle qui le détruit.

Roman foisonnant et chaotique où d'autres thèmes : l'absence, le départ, l'amitié, la transmission, les haines familiales et villageoises sont abordés, autant de fils que l'on peut tresser et qui permettent d'analyser ce livre sous d'autres angles mais tous concluent à cette vérité que nos héros  oublient d'entendre : leurs mondes sont périssables.

L'écriture est sinueuse comme les routes menant à ce petit bar de montagne, travaillée en phrases parfois très longues qu'il nous faut relire pour comprendre.
Est-ce ce travail d'écriture qui a séduit les jurés du prix Goncourt ?

Présentation : Josette Reydet