Gap -  Hautes-Alpes

La secrète mélancolie des marionnettes

Denis Grozdanovitch

Ed. de l'Olivier, 2011

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion


Après nous avoir donné à lire des recueils de textes courts* issus des carnets que l'auteur tient depuis l'âge de quinze ans, voici que paraît une forme longue qui a l'aspect d'un roman mais qui ne porte pas le mot « roman » en couverture.

Premier roman d'un jeune sexagénaire peut-on lire dans la presse spécialisée !

L'histoire commence par une conversation littéraire du narrateur, Denis (alter ego de l'auteur) avec une vieille amie libraire, Elvire qui lui demande s'il a toujours l'intention de se lancer dans une oeuvre romanesque. C'est une sorte de défi que Denis promet de relever. D'autant qu'il est sur le point de partir en Toscane, invité dans une résidence d'écrivains chez la Comtessa Silvina, près de Florence.
Tôt ou tard, dans la vieillesse ou dans la fleur de l'âge, l'inaccompli nous fait signe et nous nous retournons à son appel, cherchant à comprendre d'où il vient....
Qu'espérai-je trouver en allant séjourner dans cette résidence ?...
Trouvera-t-il son inaccompli en Toscane ?

Cependant, submergeant mes élucubrations désordonnées, un souvenir lointain, nostalgique, une occasion manquée remonta avec une impitoyable précision à la surface de ma mémoire...
Denis nous raconte sa rencontre vingt ans plus tôt au cinéma Champollion,avec une étudiante en philosophie au charme foudroyant, Anna-Livia de père américain et de mère italienne : souvenir lointain, occasion manquée...

Puis vient au fil du livre, le récit des conversations littéraires et philosophiques avec ses pairs ainsi que les rencontres que Denis fera au cours de ce séjour où les écrivains travaillant peu et ripaillant beaucoup, chaperonnés par leur hôtesse, succomberont au charme des lieux et des gens : toute une société fermée, au mode de vie désuet et surprenant, se tenant volontairement à mille lieues du tumulte de la vie ordinaire. On est entre soi, on sait mille choses et on devise élégamment.
Une promenade hors du commun à laquelle il nous convie. Denis observe, engrange des réflexions, note dans ses carnets.
Réceptions chez des aristocrates qui tiennent à tout prix leur rang dans des palais délabrés, à l'image de cette société en déclin. Personnages pittoresques,excentriques, originaux tel Emilio qui, ne pouvant entretenir le château familial, vit dans un cabanon à l'entrée du domaine et partage son temps entre passion des rhododendrons, lectures philosophiques et jeux d'échecs. Nous sommes tous intimement neurasthéniques et nous ne cessons de faire les marioles pour donner le change.
Tel aussi Roberto qui écrit des textes pour les pupazzi, des marionnettes dont il tire les fils lors de spectacles et auxquelles il prête son regard sur la société actuelle et nous transmet par cette théâtralité légère et drôle en apparence toute la mélancolie, la morbidezza de l'âme italienne.
Tel encore le vieux libraire des bords de l'Arno qui passe ses journées à lire les auteurs anciens et qui, tout comme le narrateur, est à contre-courant de la mode du roman d'aujourd'hui. Sans oublier ce prêtre touriste, père Antonin qui avoue à Denis avoir perdu la foi mais qui continue à exercer son sacerdoce. Eux aussi referont le monde.

Le romanesque rebondira dans les cent dernières pages.
Rencontre fortuite d'Anna-Livia vingt ans après la séquence parisienne, au cours d'une déambulation touristique à Sienne.
Je croyais pouvoir enfin toucher du doigt mon inaccompli.
De belles pages sur Sienne, Florence et sa lumière,Venise et la nostalgie qu'elle engendre.
Une écriture très cinématographique, des références nombreuses au cinéma italien  des années cinquante.Une fin onirique, à l'italienne.

La secrète mélancolie des marionnettes n'est pas un roman actuel, tel le roman à sensation, violent, compassionnel. Ici, peu de phrases courtes. On s'installe dans des atmosphères esthétisantes, entre gens de bonne compagnie, on se régale de ce vocabulaire parfois sophistiqué, de cette syntaxe irréprochable et pour tout dire de cette écriture désuète mais subtile. Un vrai dépaysement.

* Quelques livres récents du même  auteur :

    • Rêveurs et Nageurs, José Corti 2005 ( sélection Livres Nomades 2010-2011)
    • Brefs Aperçus sur l'éternel féminin, Laffont 2006, Points 2009
    • L'Art difficile de ne presque rien faire, Denoël 2009, Folio 2010
    • Minuscules Extases, Nil éditions 2009

    Présentation : Josette Reydet