Gap -  Hautes-Alpes

Robert Mitchum ne revient pas

Jean Hatzfeld

Gallimard, 2013

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Au printemps 1992, Marija et Vahidin, athlètes de haut niveau, s’entraînent pour participer aux Jeux Olympiques de Barcelone, dans l’équipe nationale yougoslave de tir. Ils vivent à Ilidza, non loin de  Sarajevo. Marija est serbe, Vahidin Bosniaque musulman, une différence qui n’empêche pas leur amour, jusqu’à ce que la ville soit envahie par des tanks et le bruit sourd des rafales de kalachnikovs. Vahidin, pour avoir voulu raccompagner sa mère et ses sœurs à Sarajevo, se retrouve bloqué dans la ville après avoir été refoulé à un barrage sur la route du retour. Il est donc séparé de Marija qui ne peut elle-même rejoindre Sarajevo. La violence s’installe, le siège de Sarajevo commence.

Vahidin est enrôlé dans une brigade, on lui met dans les mains un Dragunov , fusil des tireurs d’élite russes, et le voilà sniper. Quelle différence entre tireur d’élite sportif et sniper qui tue ? Alors qu’il vient de tuer un homme pour la troisième fois, il n’éprouvait ni malaise, ni angoisse, ni même soulagement, il se sentait simplement tranquille.

La même proposition est faite à Marija par l’armée serbe. Elle a des dons exceptionnels pour le tir, elle doit les mettre au service de la Serbie. En compensation elle pourra continuer son entraînement pour les J.O. Marija ne voit pas comment elle pourrait refuser. Et lorsqu’un jour une célèbre soprano, accompagnée de nombreuses personnalités, se rend à l’aéroport de Sarajevo pour protester contre la guerre et soutenir les Bosniaques, elle est la cible d’un sniper et grièvement blessée. Qui a tiré ? Tout le monde pense que c’est Marija, elle qu’on a vue près des lieux de l’attentat. Mais Vahidin aussi était dans les parages !

Jean Hatzfeld décrit l’atmosphère de Sarajevo avec des images qui disent l’horreur, mais sans s’attarder : les bombardements, les camps de prisonniers, de femmes violées, les rivières d’où émergent les cadavres, le crépitement des kalachnikovs, les murs des immeubles éventrés par les obus… Il ne juge pas, il dit seulement les faits, très rapidement. Il insiste plus sur le monde des snipers, il décrit longuement leurs techniques de tir, leurs positions,  leurs sensations quand ils ont leur  arme en mains et à un moment on bascule dans la banalité du geste : que ce soit sur un terrain olympique ou sur un terrain de guerre, c’est le même geste, le même sang froid qui, pour nous lecteurs, est difficile à accepter.
Avec une grande sobriété, Jean Hatzfeld nous montre une fois encore l’absurdité de la guerre.

(Présentation: Anne-Marie Smith)