Gap -  Hautes-Alpes

Un repas en hiver

Hubert Mingarelli 

Stock, 2012

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Une compagnie de soldats allemands, installée dans un pays très froid, en Pologne, est chargée de "liquider" les prisonniers à mesure de leur arrestation. Pour échapper à une nouvelle séance d'exécutions sommaires, trois copains, Emmerich, Bauer et le narrateur, demandent à partir en "chasse". Nous comprendrons vite de quelle traque il s'agit. Ils savent qu'ils ne peuvent rentrer les mains vides. Ils marchent longtemps, dans une nature hostile, en évoquant leur famille. Emmerich par exemple, parle de son fils adolescent et de ses craintes si lui meure.
Par hasard, ils tombent sur un Juif terré dan un trou.
Escortant leur prisonnier, ils vont trouver refuge un moment pour se réchauffer et se nourrir, d'un pain gelé et d'un peu de semoule de maïs à faire cuire, dans une masure abandonnée, mais où il y a une cuisinière. Mais pas de bois, sinon dehors sous la neige. 
Ils vont trouver quelques victuailles, de quoi faire une soupe qui va les faire rêver, mais la cuisson est longue. Mingarelli sait nous montrer combien cette attente les fait saliver. Mais il faut du bois pour cuire tout ça. Ne restent que les quelques meubles, une chaise, un banc, une table…
Un Polonais passant par là les rejoint. Son animosité vis-à-vis du Juif est palpable. Il ne leur est pas sympathique, mais il a une petite flasque d'alcool qui leur fait bien envie. La tension monte dans la maison.
L'humanité se révèle peu à peu chez ces hommes. Tout en sachant que même un semblant de fraternité, un témoignage de sympathie envers leur prisonnier vont les fragiliser.  Jusqu'où iront-ils ?
Comme toujours, Hubert  Mingarelli s'attache à des petits détails avec une écriture ciselée : un flocon brodé sur un bonnet qui ravive des souvenirs, les odeurs de la soupe qui torturent leur ventre affamé. Un roman qui ne laisse pas indifférent sur les ressorts de l'âme humaine.

(Présentation : Annette Rit)