Gap -  Hautes-Alpes

Le règne du vivant

Alice Ferney

Actes Sud , 2014

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Une préface signée Gérald Asmussen, un journaliste norvégien. Tout de suite le problème est posé : il décrit des images qu’il a filmées pour montrer la beauté des océans : …J’ai applaudi la course des manchots, noir et blanc comme des pies, semblables à des torpilles vivantes dont les bonds surfilaient l’eau. J’ai fait silence, j’ai retenu mon souffle à l’apparition des baleines. J’ai senti la puissance du dauphin dans la valse éternelle de l’eau et la densité de sa chair musculeuse sous le lustre gris de sa peau
Mais cette beauté a été  saccagée par l’homme : Au cœur du Pacifique, dans le nœud de ses courants vers le Nord, j’ai filmé la grande décharge du monde : sur trente mètres de profondeur un continent de plastique, sacs, bidons, bouteilles, de toutes les marques, dans toutes les langues et de toutes les couleurs. Jusque dans ses espaces inatteignables, le globe terrestre devenait l’égout des hommes…J’ai
combattu l’horreur : les tueries, les mutilations, les dépeçages, l’entassement des cadavres. J’ai vu mourir noyées dans leur sang des baleines qui criaient comme des femmes


Il a entendu parler d’un certain Magnus Wallace, un militant écologiste qui n’hésite pas à utiliser la violence, à agresser  ses interlocuteurs, vu par certains militants écologistes comme un fou, un crétin dangereux, un forcené de qui l’on peut s’attendre à tout. Qui fait du tort au mouvement.   C’est de cette façon qu’est présenté Wallace dans le premier chapitre, par un important militant écologique que le journaliste a rencontré. Un extrémiste qui prend en chasse des baleiniers qui n’ont pas d’existence légale et prend ainsi de gros risques même s’il n’a jamais causé la mort de quelqu’un.
Mais le ton change dans le chapitre suivant. Parce qu’à force d’entendre dénigrer Wallace, le journaliste a eu envie de le rencontrer. Et un chapitre va nous présenter le personnage. Un homme d’action, cultivé, d’un tempérament déterminé et attachant, qui avait fondé une association, Gaïa, dont il était le capitaine. Un homme inaccessible aux compromis et aux corruptions, qui faisait la guerre au monde civilisé qui vivait aux dépens des autres espèces. L’homme utilise les ressources de la planète à satiété, consomme d’une façon éhontée et ne se soucie pas de savoir ce qu’il restera pour les générations futures.
Le narrateur décide d’embarquer sur le Arrowhead, un vieux navire qui appartient à Gaïa, qui va partir pour les Galápagos, avec Wallace pour capitaine. Sur le bateau, 26 bénévoles qui ont tous conscience que les hommes sont infâmes avec le monde animal :
Nous étions la génération qui avait rompu le pacte de la domestication. Nous avons détruit le lien ancestral qui unissait les animaux aux hommes et nous avions réduit le domaine sauvage qui leur était laissé en partage.
Les hommes se comportent comme des égoïstes et des vandales. Ils se montrent cruels envers les uns et les autres et ils le sont à l’égard des animaux. L’espèce humaine allie intelligence et agressivité à un degré si élevé qu’elle est en train de détruire la planète… IL faut de toute urgence faire comprendre aux gens que s’ils perdent les animaux, ils mourront avec eux.
Il n’y a plus à chercher des terres inconnues. Il reste à révéler ce que l’homme impose à la Terre et à l’arrêter, quel que soit le prix de l’affrontement.

Le  journaliste, avec sa caméra, va justement révéler ce que l’homme impose à la Terre. Il va montrer comment Wallace,  au péril de sa vie, au mépris des dangers, s'interpose entre les animaux marins menacés et "les pirates, les tueurs" qui rejettent vivants "les requins mutilés, les tortues asphyxiées par les filets, les oiseaux aux ailes brisées".

Un livre à lire de toute urgence.

(Présentation : Anne-Marie Smith)