Gap -  Hautes-Alpes

Prières pour celles qui furent volées

Jennifer Clément

Flammarion, 2014

Traduit de l'anglais (USA) par Patricia Reznikov

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion


C'est une histoire de rapts de fillettes et de toutes jeunes filles dans la région déshéritée du Guerrero au Mexique.
Les prédateurs ne sont autres que des narco trafiquants qui patrouillent en 4x4 dans les villages à la recherche de filles vouées à la prostitution ou à la vente. Les mères, démunies et sans défense - les maris partis au loin trouver du travail ne reviennent plus - ont mis en place des stratagèmes de défense. En effet , dès leur plus jeune âge, les filles sont habillées en garçon, cheveux courts, visages passés au charbon pour cacher leurs traits, enlaidies...Des  trous creusés dans l'arrière cour des maisons, sortes de terriers à taille humaine, y accueillent les fillettes, futures proies lors  des visites des"loups".

Voilà pour l'ambiance. L'une d'elles, Ladydi , qui n'est autre que la narratrice, raconte dès les premières lignes du roman:" et maintenant on va te faire laide, a dit ma mère. je l'ai regardée frotter le morceau de charbon sur mon visage. Ma mère m'habillait en garçon et m'appelait gamin. En tant que fille j'aurais été volée".

Mais les fillettes grandissent et c'était compter sans leur formidable appétit de vivre; elles n'ont qu'un rêve : échapper à la prison qu' est devenu leur village et partir pour Mexico, l'eldorado de tous les possibles. Cette partie du roman vient éclairer et vitaliser un récit jusqu'alors sombre et violent, créer une belle ouverture. Le tout est servi par une écriture âpre tendue et violente, collant parfaitement au propos de l'auteur qui fait preuve d'une grande maîtrise pour un premier roman.

(Présentation : Mireille Lamberty)