Gap -  Hautes-Alpes

Le pont de Ran-Mositar

Frank Pavloff

Albin Michel, 2005

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

« Ah Dieu que la guerre est jolie ! » écrivait Apollinaire.

Mais l’après-guerre ? Qui a parlé des horreurs de l’après-guerre ?

C’est le sujet du livre de Franck Pavloff, qui situe son roman dans un pays qui pourrait être la Bosnie, sur les rives d’un pont démoli, dont le vrai nom sonne à nos oreilles, et qui doit être reconstruit.
Pour la plupart, les hommes ont été tués, souvent dans des conditions atroces, et c’est à travers la haine et la soif de vengeance des femmes, qu’on apprend petit à petit les circonstances.
Ces femmes, justement, qui pour survivre, vont remplacer les hommes aux travaux les plus durs, et qui gardent les stigmates des horreurs de la guerre : viols, exactions, charniers…

Pavloff pose aussi la question de la « rédemption ». Un homme qui a commis des exactions en temps de guerre, peut-il apporter le réconfort à quelqu’un ? Peut-il changer et se transformer en agneau, même s’il est bien évident qu’il est lui-même marqué à jamais par ce qu’il a vécu.

 On suit aussi un autre homme, qui a des mains qui savent tout faire, et qui est à la recherche d’un jeune qu’il a sauvé une fois et qui s’est enfui. Pourquoi le cherche-t-il ? Pourquoi celui-ci s’est-il sauvé ?

 Un roman très fort, et qui nous redit la folie des hommes.

(Présentation : Annette Rit)