Gap -  Hautes-Alpes

Pietra viva

Léonor de Récondo 

Sabine Wespieser , 2013

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

En 1505, Michel-Ange, artiste déjà reconnu, reçoit du Pape Jules II commande de son futur tombeau. Le sculpteur, muni de ses carnets de croquis quittera Rome et s'exilera plusieurs mois à Carrare pour choisir lui-même les plus beaux marbres. C'est un homme tourmenté qui fuit Rome plus tôt que prévu parce que bouleversé par la mort du jeune moine Andrea dont la beauté le fascinait et le troublait.
Au contact des tailleurs de pierre et des carriers dont il va partager le quotidien, Michel Ange arrogant et bourru, habité par son art, va peu à peu se laisser apprivoiser et séduire par la vie simple des familles de ce village qui partagent leurs joies et leurs peines.
L'insistance d'un enfant de 6 ans, Michele qui vient de perdre sa mère, à le suivre et à lui prendre la main - lui qui déteste les enfants, les facéties de Cavalinu, le fou philosophe qui se prend pour un cheval, tout cela va craqueler sa carapace. Il se laisse peu à peu pénétrer par les émotions et retrouve des souvenirs de sa propre enfance, lui qui fut aussi orphelin de mère à 6 ans : le parfum comme premier souvenir, les odeurs, les saveurs, la robe de sa mère, elle est en velours brodé de soie. Sa couleur est cramoisie...et l'enfant enfonce son visage dans le précieux tissage. Ses mains s'agrippent, caressent, froissent... la robe adorée qui grave sur sa joue ses arabesques brodées.
Ce sont autant de grains de pietra viva (pierre vive, vivante) qui vont l'émouvoir et inspirer son œuvre future.
Là où il voudrait qu'il n'y ait plus que l'art,  l'humain s'impose.

D'une écriture délicate, avec des mots d'une infinie poésie, Leonor de Récondo, d'origine toscane et dont le père fut sculpteur à Carrare, nous livre en même temps que le portrait  d'un Michel-Ange  descendu de son piédestal, une réflexion sur l'art qui se réconcilie avec l'humain.
C'est aussi un roman sur le deuil et la vie sans oublier la dimension spirituelle qui court tout au long des pages : l'apparition d'Andrea, la vision de sa mère, la présence de la Bible, sa confession à Frère Guido et sa relation  au clergé.
En de courts chapitres, l'auteur excelle à nous faire partager des situations de  contraste : l'atmosphère joyeuse malgré la rudesse du métier de carrier, la passion du Maître pour son travail, le respect de la nature âpre et exubérante des paysages toscans, la nourriture paysanne qui tient au corps, la crasse qui les protège des maladies et aussi le bonheur ressenti par Michelangelo lorsque le petit Michele  lui dit fièrement : J'apprends à lire, Monsieur !

(Présentation : Josette Reydet)