Gap -  Hautes-Alpes

Photo de groupe au bord du fleuve

Emmanuel Dongala

Actes Sud 2010

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2019_2020 :
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
    Terres d'Afrique
   Des histoires de grands espaces
   L'art dans le roman
   Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Atelier d'écriture :
    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2019_2020

     2018_2019

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

« Tu te réveilles le matin et tu sais d’avance que c’est un jour déjà levé qui se lève . Que cette journée qui commence sera la sœur jumelle de celle d’hier, d’avant-hier et d’avant-avant-hier. »

Ainsi débute « Photo de groupe au bord du fleuve » d’Emmanuel Dongala

L’auteur prend le parti de s’adresser à sa protagoniste Méréana et de la suivre tout au long de sa journée . Chez elle, où elle vit séparée de son mari, élevant trois enfants, dont le bébé de sa sœur qu’elle a recueilli lorsque celle-ci est morte du sida . Sur le chantier, au bord du fleuve où elle trime avec une quinzaine d’autres femmes, sous le soleil tropical, cassant des pierres, les transformant en gravier. Dix mille francs le sac. C’est le prix de leur galère quotidienne.
Or, avec la construction du nouvel aéroport voulu par le président, la demande de gravier croît. Elles pourraient peut-être tirer leur épingle du jeu et vendre leur sac plus cher …
C‘est une âpre lutte qui commence pour ces femmes dont Méréana est le porte- parole.

Rien ne leur est épargné : intimidations, confiscations, violence physique et morale, arrestations. Ces femmes exploitées, blessées et infériorisées depuis toujours, affirment alors leur capacité de résilience et leur détermination. Elles découvrent leur sororité.

La radio et ses nouvelles calamiteuses qui rythment le récit et les particularités de la vie des personnages, dressent en toile de fond le tableau d’une Afrique contemporaine aux maux innombrables : analphabétisme et chômage des jeunes diplomés, un certain obscurantisme
( des femmes sont bannies de leur village, suspectées de sorcellerie), mariages forcés ( « Un mari, comme un chef, ça se respectait » ), tragédie du sida liée à l’incurie de maris volages qui refusent le préservatif …

« Photo de groupe au bord du fleuve », c’est donc, avec parfois de belles touches d’humour, une critique politique acerbe : on y voit la corruption et les fraudes électorales, l’accaparement des richesses par quelques uns et la répression de manifestations qui laissent des morts sur le carreau, la guerre des factions pour le pouvoir et le viol comme arme de guerre.
Méréana et ses compagnes sont bien mal traitées, mais elles ont pour elles, courage, verve et humour devant des hommes plutôt pitoyables avec, pour beaucoup d’entre eux, leur lâcheté et leur « 2ème bureau » ( = leur maîtresse attitrée ), et c’est avec intelligence et sur un léger ton de farce que ces aventurières vont narguer le pouvoir en place et déjouer les tentatives de récupération de leur lutte.

C'est une belle histoire de résistance et de volonté d’émancipation de femmes face à leurs difficultés d’accés aux ressources économiques.
Cette photo de groupe, c’est celle que Méréana et ses compagnes ont prise, un soir, sur le chantier, comme pour sceller leur décision commune de préserver leur dignité.

Présentation : Tiziana Champey