Gap -  Hautes-Alpes

Murambi, le livre des ossements

Boubacar Boris Diop

Zulma Poche, 2014

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2019_2020 :
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
    Terres d'Afrique
   Des histoires de grands espaces
   L'art dans le roman
   Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Atelier d'écriture :
    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2019_2020

     2018_2019

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion


"Rwanda, écrire par devoir de mémoire" est un projet unique porté par l'association Fest'Africa qui a proposé à plusieurs écrivains, 4 ans après le génocide, de séjourner à Kigali.

Des livres sur le Rwanda, il y en a eu de nombreux, des essais, des romans autobiographiques, des nouvelles, des témoignages, ces voix se sont élevées contre l’indifférence et l’oubli, des accusations ont été portées contre le rôle de la France. On sait ou on croit tout savoir sur le génocide.

Comment trouver les mots ? “Même les mots n’en peuvent plus. Même les mots ne savent plus quoi dire.” Et pourtant, dans ce texte initialement paru en l’an 2000, Boubacar Boris Diop parvient non seulement à raconter la tragédie rwandaise, mais aussi à mener une réflexion profonde. Ce petit livre nous frappe en plein coeur et nous interroge sur nos lacunes, nos faiblesses et notre indifférence. S’il était « un miracle » pour Toni Morrison, pour nous, il est de ces romans nécessaires et essentiels qui restent gravés à jamais dans les mémoires, poignant et respectueux, terrible et salutaire, porté par une recherche sans faille du mot juste. Sans pathos, sans complaisance, l’auteur a réussi le tour de force d’écrire un très beau roman sur cette tragédie moderne. Avec le parti pris d'envisager et alterner tous les points de vue, d'éclater la chronologie, avant, pendant, après, de ne livrer les divers témoignages que par fragments, ce récit construit comme une enquête, permet de mieux illustrer la réalité chaotique d'un pays où chacun est enfermé dans la plus totale des solitudes, chacun dans la souffrance.

Un jour de l’été 1998, Cornelius, candide en quête de vérité, rentre chez lui, au Rwanda. Pendant qu’il étudiait, à Djibouti, les Hutu ont massacré les Tutsi : 10 000 morts par jour, à la machette, trois mois durant, entre avril et juin 1994. Cornelius rencontre des amis d’enfance, survivants. Des portraits d’acteurs et de victimes du génocide se succèdent. Nous entrons de plein pied dans l’esprit des protagonistes, survivants, victimes et bourreaux nous livrent leur histoire, le petit chef ambitieux, soucieux de bien faire son « travail », la jeune résistante au double jeu, le miraculé, enseveli sous les cadavres, le docteur instigateur du massacre à Murambi, le colonel français chargé de faire évacuer les Hutu vers le Zaïre (l’historique opération « Turquoise »).

A Kigali, rien ne laisse supposer l’étendue des massacres.
«Il était stupéfiant pour Cornélius de constater que les événements de 1994 n'avaient laissé nulle part de traces visibles….. la ville refusait d'exhiber ses blessures. Elle n'en avait pas beaucoup, d'ailleurs. Kigali ne sortait pas d'une guerre, il n'y avait pas eu de tirs d'obus, des bombardements aériens et des fusillades de part et d'autre de quelque ruelle étroite. Les Interahamwe, qui voulaient de la viande vivante, avaient laissé les arbres tranquilles. Le long des avenues, rescapés et bourreaux se croisaient. Ils se regardaient un instant puis chacun s'en allait de son côté, pensant à Dieu sait quoi. »
A Murambi, sa ville natale, c’est autre chose. Là, tout a été conservé, en l’état, la ville martyre est un musée où sont entreposés les ossements.
Il retrouve Siméon, son oncle, qui va l’aider à comprendre et à voir la vérité en face.
Entre deuil, haine et culpabilité, Cornélius sera forcé de faire sienne une part de la barbarie.

Dans une passionnante postface, réflexion fondamentale sur l’écriture et l’engagement, sur le rôle de la France et l’absence de réaction des pays africains, le romancier sénégalais Boubacar Boris Diop, se demande « Pourquoi moi, l’écrivain, le journaliste, n’ai-je pas à l’époque, été capable de voir un seul de ces centaines de milliers de corps » et ai-je adhéré aux clichés ethniques d’une Afrique cannibale ? Sans doute, conclut-il, parce que, comme le dit un proverbe wolof, « si tu empruntes à quelqu’un ses yeux, ne t’étonne pas de ne voir que ce que lui-même voit. »

« Le devoir de mémoire est avant tout une façon d’opposer un projet de vie au projet d’anéantissement des génocidaires et le romancier y a son mot à dire ».

Présentation : Simone Delorme