Gap -  Hautes-Alpes

Moi, Jean Gabin

Giordana Sapienza

Traduit de l'italien
par Nathalie Castagne

Ed. Attila, 2012

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Ce livre nous offre le récit d’une tranche de vie de l’auteure, ses années de préadolescence. Goliarda Sapienza nait en 1924 et passe toute son enfance à Catane en Sicile, dans une famille de libertaires. Les parents, très engagés politiquement et vivant sous la menace des milices fascistes et de la mafia, sont souvent absents.

Goliarda, élevée hors les normes sociales en vigueur à l’époque, grandit dans un climat de grande liberté, entourée de ses six frères et sœurs. Elle est éduquée par l’un de ses frères et par un professeur particulier, situation qui lui laisse beaucoup de temps libre et lui permet d’explorer à loisir les vieilles ruelles de la ‘casbah’ de Catane, de se frotter au petit peuple qui vit-là, de plonger dans le noir de la salle du cinéma Mirone.... où elle va rencontrer Jean Gabin dans le film ‘Pépé le Moko’. Elle reconnait en lui -- et fait de lui-- son alter ego.

Dans sa famille, la vie est matériellement difficile, Goliarda doit ‘gagner’ les quelques sous pour payer ses entrées au cinéma… Mais la vie y est d’une grande richesse affective et intellectuelle : l’engagement politique, les livres et la culture en constituent trois piliers fondamentaux.  « Toujours en-dehors de tous les pouvoirs établis », seuls mais avec l’orgueil de connaître la rectitude propre aux outsiders. 

Le lecteur se retrouve dans la tête de cette gamine, suivant ses rêves, ses raisonnements, ses audaces, ses questionnements tout empreints de la fraîcheur de l’enfance. Nous la voyons partir à la conquête de sa propre vie, Jean Gabin en filigrane.

Comme dans son livre majeur L’art de la joie, l’écriture de Goliarda Sapienza est lumineuse.

Présentation : Danièle Alloin