Gap -  Hautes-Alpes

La mesure de la dérive

Alexander Maksik

traduit de l'anglais (USA) par Sarah Tardy

Ed. Belfond, 2014

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Jacqueline, une jeune femme dont la famille est proche d’un dirigeant politique qui vient d’être renversé, doit quitter précipitamment son pays, le Libéria. Avec  l’aide d’un journaliste européen, elle parvient à s’échapper ; mais elle se retrouve aussitôt  totalement démunie et dans une complète solitude. Commence alors son errance d’immigrée clandestine, errance qui l’amènera finalement sur l’île de Santorin.
L’auteur nous dit les combats de Jacqueline pour survivre, ses sursauts de dignité, ses instants de chute…  A chaque instant affleurent les traumatismes des derniers moments partagés au Libéria avec sa famille, avec son amant. La violence inouïe de ces évènements se superpose au tissu des  rapports entre les personnages, Jacqueline au carrefour de quatre forces : la parole de la mère, la complicité avec le père, la douceur et la fantaisie de la sœur, l’évanescence de l’amant…  La solitude et les allers-retours incessants entre passé et présent, douloureux à l’extrême, la propulsent aux marges de la folie. Pourtant, comme un animal que l’on apprivoise, Jacqueline  va réapprendre la confiance et l’amitié. 

L’écriture est superbe, restituant parfaitement le chaos mental de l’être déstabilisé qui flotte entre présent et passé, mais qui, dans le même temps, est déterminé à survivre, à s’ancrer quelque part. C’est un texte d’une grande beauté. Une fois le livre refermé, notre regard sur l’immigration imposée aura gagné en humanité, en empathie.

(Présentation : Danielle Alloin)