Gap -  Hautes-Alpes

Malavita

Tonino Benacquista

Gallimard, 2007

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

La Malavita (la mauvaise vie), c'est un des nombreux surnoms donnés à la Mafia, qu'on appelle aussi "la pieuvre", "Onorevole societa" ou encore "Cosa nostra". Dans le dernier roman de Tonino Benacquista, Malavita est le nom d'un chien. Etrange, ce nom pour un chien ! Pas tant que cela quand on sait que son maître, Fred Blake, est un ancien caïd de la Mafia new-yorkaise. Pourquoi Fred Blake vient-il s'installer dans une bourgade de Normandie, Cholong-sur-Avre, avec sa femme Maggie, leurs deux enfants Belle et Waren et leur chien Malavita ? Les premières pages du roman semblent dire que ce n'est pas de gaieté de coeur qu'ils emménagent dans un pavillon 1900, charmant mais vétuste : "Ils prirent possession de la maison au milieu de la nuit... (Ils) emménageaient à la cloche de bois et s'efforçaient de ne pas attirer l'attention". Pourquoi le jeune garçon Waren réagit-il violemment quand il se rend compte qu'il n'y a pas la télévision dans la maison ? "La télévision n'est pas un objet, maman, c'est ce qui nous relie au monde, au monde réel, loin de cette espèce de bicoque branlante dans ce trou à rats plein de bouseux qu'on va devoir se coltiner peut-être des années. La télé, c'est la vie, c'est ma vie, c'est nous, c'est mon pays."

Leur pays, les Etats-Unis, ils l'ont quitté depuis plusieurs années, contraints et forcés; d'abord installés à Paris, ils ont dû partir pour s'installer à Cagnes-sur-mer et les voilà maintenant au fin fond de la Normandie, dans une petite ville sans attrait. Pourquoi ces fuites successives ? Pourquoi ce mal-être des personnages qui donnent d'eux à leur entourage, une image qui ne correspond pas à ce qu'ils sont ? Que cachent-ils ?

Tonino Benacquista, spécialiste du roman noir, nous convie une fois encore à une histoire à suspense bien ficelée. Au suspense s'ajoute une certaine désinvolture qui fait que ses personnages sont à la limite de la caricature et l'histoire à la limite du rocambolesque. Mais ces excès n'empêchent pas Tonino Benacquista de nous donner dans son livre des pistes de réflexion sur la nature humaine, sur les relations sociales et familiales et sa présentation de la mafia est très réussie. A cela s'ajoutent des qualités de construction avec des rebondissements qui ménagent le suspense. On suit par exemple le parcours d'un petit journal scolaire qui fait quasiment le tour du monde en passant de main en main : un chapître particulièrement savoureux...

(Présentation : Anne-Marie Smith)