Gap -  Hautes-Alpes

Les Immortelles

Makenzy Orcel

Ed. Zulma, 2012

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Qu'est-ce que tu fais dans la vie, toi ?
Je suis écrivain
Ecrivain ! ça tombe bien … Tu me donnes ce que je te demande et toi après tu pourras m’avoir dans tous les sens que tu voudras
C’est une prostituée de La Grand-Rue de Port-au-Prince qui conclut ce marché avec un de ses clients. Moi, je raconte. Toi, l’écrivain, tu écris. Tu transformes.

Port-au-Prince, la ville-décombres, déchiquetée, saturée de morts connus, inconnus, synthétisés, dessinant toutes sortes de figures géométriques. Ce qu’elle veut, c’est que soit racontée l’histoire de toutes les autres putains disparues dans « cette chose »… pour les rendre vivantes, immortelles. « Cette chose » , c’est bien sûr le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a dévasté la ville.
Et celle dont l’écrivain devra parler surtout, c’est la petite, arrivée au bordel alors qu’elle n’avait que douze ans. C’est le seul moyen pour moi de me racheter pour lui avoir offert une place sur le radeau de mes dérives. Elle est morte sous les décombres après avoir attendu les secours pendant douze jours interminables. C’est Shakira qu’elle avait prise sous son aile, la petite qui s’était révoltée contre sa bigote de mère, une mère qu’elle disait détester mais qui en fait l’aimait profondément. Elle avait appris le métier à la petite : On est de l’ordre du mirage et de l’insignifiance. Ton corps c’est ton unique instrument, petite… Elle ne mit pas longtemps apprendre à se vendre du moment où elle a su qu’une vraie pute ne regarde jamais en arrière, s’assume complètement.

 Shakira aimait les livres d’un amour fou : ces objets qui prennent peu de place dans la maison, mais beaucoup à l’intérieur de soi, dans son cœur, qui font jaillir la lumière dans le coin le plus reculé, le plus sombre de soi-même. Je lui disais que la littérature n'était pas une chose pour des gens comme nous, pour les putes. de laisser ça à ceux qui n'ont rien à faire. Les bienheureux. Les ayants droit. Peut-être que j'avais tort.

Elle avait appris le jour même du drame que la petite avait mis un peu d’argent de côté pour partir à la recherche d’un trésor ; et ce trésor était son fils, un fils quelque part, abandonné, dans l’immense marécage qu’est le monde

D'autres prostituées sont évoquées pour leur donner, dit la narratrice,  une gratification : Fedna-la-pipeuse, dont le surnom venait de ses prestations, qui faisait tout avec la télé allumée et qui a été aplatie avec son fauteuil au plafond de béton. Emma qui s’était enfuie de la maison bourgeoise où elle travaillait comme bonne après avoir crevé l’œil du patron qui voulait à tout prix la coucher sans son consentement et dont le corps n’a jamais été retrouvé. Geralda Grand-Devant qui portait une amulette autour du cou et organisait des cérémonies vaudou et qui est morte avec la tête d’un client coincée entre les cuisses.

Shakira est ainsi sauvée de l’oubli, elle qui se réfugiait dans les livres de l’écrivain haïtien Jacques Stephen Alexis, opposant à Duvalier et disparu sous sa dictature. Les mots de l’écrivain ont permis de surpasser l’horreur du séisme, la douleur de la vie de ces prostituées montrées comme des esclaves qui offrent leur corps quand elles n’ont que ça à donner, la détresse de cette île martyre. Des mots crus, incisifs et violents qui parlent de sexe sans retenue et sans tabou, de mort, de misère, de deuil mais aussi d’amour et de liberté.
A Manosque (Les Correspondances de Manosque) où nous l'avons écouté, il a dit : J'aime caresser, violer, kidnapper la langue, trouver la justesse du verbe.

Le roman est fait de courts paragraphes, donnant la parole aux personnages en passant de l’un à l’autre sans référence de temps et de lieu. Pour donner toute leur force à ces courts paragraphes, il était essentiel que l’écriture soir dense, précise, réaliste, brutale, que les images explosent pour faire de ce livre un témoignage fulgurant pour que l’on n’oublie pas.
Je voulais écrire un coup d'éclair, le passage d'une comète...

Présentation : Anne-Marie Smith