Gap -  Hautes-Alpes

Il pleuvait des oiseaux

Jocelyne Saucier

XYZ 2011

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Dans une forêt canadienne au bord d’un lac, au Nord du 49° parallèle, trois hommes, pour des raisons bien différentes, ont choisi de s’éloigner de la société.
« Il y avait un pacte de mort entre mes p’tits vieux. Je ne dis pas suicide, ils n’aimaient pas le mot. Trop lourd, trop pathétique pour une chose qui, en fin de compte, ne les impressionnait pas tellement. Ce qui leur importait, c’était d’être libres, autant dans la vie qu’à la mort, et ils avaient conclu une entente. »
 Le plus âgé, Ted ou Ed ? 94ans vient de mourir, en laissant à ses amis une cabane qui renferme une énigme. L’ermitage des vieillards est protégé et financé  par deux  hommes plus jeunes, en marge de la loi, Steve et Bruno.
« …/…ils aiment l’illégalité. Leur amitié est basée sur ce besoin  qu’ils ont de se sentir de l’autre côté  des choses, sur un versant un peu abrupt, un peu glissant… »
 Leur retraite sera dérangée par une visiteuse, qui a réussi à déjouer la surveillance de Steve, une photographe, elle recherche pour les photographier des survivants des grands incendies de l’Ontario en 1916 : Le grand Feu de Matheson. C’est l’occasion pour l’auteur de nous raconter les grands incendies qui ravagèrent les  plaines canadiennes au début du XX° siècle. Charlie « le trappeur », et Tom « le flambeur »  essayent de repousser cette intruse.
 Bruno, qui fait le lien avec l’extérieur, enlève  une vieille tante, elle  veut échapper à un douloureux passé. Une deuxième femme va faire son entrée dans ce monde bien masculin,  Gertrude qui deviendra  Marie-Desneiges, c’est elle qui donnera à cette communauté d’hommes un  nouveau regard sur le présent,  le passé  et même l’avenir malgré ses 82 ans.
Par une apostille  (en italique) en début de chaque chapitre, l’auteur nous dresse un tableau qui nous permet de mieux situer les personnages. Jocelyne Saucier,  par ce monde magique et rude des forêts  canadiennes,  nous entraîne dans une réflexion sur  les choix que chacun d’entre nous est amené à faire :  « La Liberté, c’est de choisir sa vie. – Et sa mort. »  La liberté, c’est aussi de  trouver son propre nom, et peut-être de  rester jusqu’au bout ouvert à l’inconnu.
Grand Prix des cinq continents de la francophonie en 2011

(Présentation : Laurence Wagner)