Gap -  Hautes-Alpes

Hommes sans mère

Hubert Mingarelli

Le Seuil , 2004

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

« Un jour brûlant, les quartiers-maîtres de seconde classe Homer et Olmann marchaient entre des champs de pommes de terre. La route montait, ils étaient silencieux tous les deux, et leur bateau mouillait dans la baie très loin en dessous d'eux »
C'est dans une baie du Pacifique que mouille leur bateau, sur une côte du Panama. Ils sont en permission et n'ont pas voulu rejoindre les autres membres d'équipage « dans un grand bordel officiel où il n'y aura pas assez de filles pour tout le monde ». Ils sont donc partis à la recherche d'une maison tranquille, rien que pour eux, pour passer du bon temps sans personne sur le dos. Après une longue marche épuisante, sous le soleil et dans la poussière, les voilà qui arrivent dans une vallée verdoyante , un rêve qui se concrétise : « Elle était peu profonde et très verte, et il y avait un cours d'eau et des arbres verts le long, et par endroits il s'élargissait et formait des étangs tranquilles et tout brillants, alors les arbres se reflétaient dedans avec beaucoup de netteté, et ainsi le vert des feuillages se multipliait et ça avait un air encore plus tranquille autour de ces étangs. »
Là ils vont oublier l'enfer de leur quotidien : la promiscuité, le roulis incessant, l'absence de sommeil, le goût du salé et du pétrole en permanence, les mauvaises conditions de travail . Là ils vont rencontrer des gens simples, qui n'ont pas été épargnés par la vie, qui accueillent les marins avec sympathie. Et ces gens sont présentés avec quelques mots seulement qui ébauchent leur personnalité, comme Mingarelli sait si bien le faire : des joueurs de cartes bourrus mais accueillants, les filles dont les rires éclatent à chaque instant, un vieil homme muet qui monte la garde avec un pistolet dérobé à un policier alors qu'il n'avait que sept ans, Eladio mordu un jour par un serpent ... et puis il y a surtout Maria, qui parle à la place du garde muet pour raconter ses souvenirs, Maria dont la poitrine a été mutilée et qui va passer la nuit à discuter avec Homer, sans faire l'amour, une nuit où peu de choses seront dites mais des choses essentielles : une rencontre inoubliable pour l'un comme pour l'autre.
Ainsi est la vie selon Mingarelli, la vie pour quelques heures avant le retour à la solitude : chaque geste, chaque parole prennent une signification puissante, parce que les paroles sont rares ; beaucoup de choses sont dites tacitement, d'un regard, d'un geste, et dans cette oeuvre-ci encore plus, puisque un des personnages est muet et se fait comprendre essentiellement avec ses yeux et ses gestes.


Un extrait de « Hommes sans mère » :
Homer, au cours de la nuit qu'il passe à discuter avec Maria, essaie de lui expliquer pourquoi il aime bien Olmann :

- C'est ton grand ami ? demanda Maria.
Homer inspira, et bien qu il connaisse déjà la réponse, il retint son souffle comme s 'il se donnait le temps de réfléchir.
- Non, mais je l'aime bien, dit-il. Il a beaucoup de mal à bord.
- Il le sait qu'il n'est pas ton grand ami ?
- Je ne crois pas, non.
- Peut-être qu'il le deviendra.
- Non, mais je continuerai à bien l'aimer.
Maria hochait lentement la tête. Homer demanda :
- Tu veux savoir pourquoi je l'aime bien ?
- Oui pourquoi ? dit-elle.
- Il s'est installé dans la couchette au-dessus de moi quand il est arrivé à bord. J'ai pas bien fait attention à lui. Il est venu avec moi travailler sur le pont et je lui ai appris deux trois choses au début, et ça n'a pas été plus loin. Et puis, tu sais, il y a toujours un peu de lumière dans le poste, là où on dort, il fait jamais nuit, on y voit toujours un peu, et quand il sortait le bras de sa couchette je voyais sa main, et c'est drôle mais quand tu vois tout le temps la main de quelqu'un d'aussi près, tu finis par avoir des sentiments pour lui, ou quelque chose qui ressemble à ça, tu vois. Voilà, c'est ce qui est arrivé avec Olmann.

(Présentation : Anne-Marie Smith)