Gap -  Hautes-Alpes

L'homme qui ne savait pas dire non

Serge Joncour

Flammarion, 2009

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Grégoire Beaujour, le héros du livre, a une faille bien particulière : il ne sait pas dire non. Non seulement il ne sait pas dire non à toute requête ou proposition venant des autres, ce qui pourrait être pris comme gage de gentillesse et de totale disponibilité, mais son point faible est pris au pied de la lettre : il est incapable de prononcer la syllabe "non", butant sur le mot perdu il ne sait comment, un mot pourtant essentiel dans la vie de tous les jours. Ne pouvant dire non, il lui est impossible de refuser quoi que ce soit.

Alors il trouve des astuces pour pallier ce manque et les scènes cocasses s'ajoutent les unes aux autres : il ne peut refuser le nième café que lui proposent ses collègues dans la même journée. Il se retrouve en train de poser une étagère chez un collègue à qui il n'a pu dire non. Et quand une histoire d'amour commence, répondre oui à chaque question de l'être aimé peut conduire à des situations pour le moins cocasses. Sans oublier que Beaujour travaille dans un institut de sondages et qu'il manipule les questions posées aux sondés pour éliminer le non dans les possibilités de réponse, ce qui va faire de lui le centre d'une manipulation imaginée par son patron : celui-ci va utiliser le savoir-faire de Beaujour au profit d'une entreprise qui veut délocaliser sa production avec l'assentiment de ses salariés…

Toujours à la recherche du mot perdu, il va se retrouver dans un atelier d'écriture, nommé "L'ouvroir des mots perdus", ce qui va lui permettre de remonter le fil de son histoire, cherchant le "vestige d'une mémoire inconnue" qui serait à l'origine de son point faible. Ces séances d'écriture permettront à Serge Joncour d'intercaler dans l'histoire de Beaujour des "broderies" qui remontent l'histoire de sa famille depuis les plus lointaines origines, jusqu'à ces dernières années. L'occasion pour Joncour de dénoncer une société de "moutons de Panurge" où les gens doivent toujours dire oui, où on doit être tous d’accord, où on doit toujours se montrer satisfait. On se trouve dans une civilisation du oui permanent, ayant perdu le sens de l'opposition : on a dit oui à toute forme de progrès, à la société de consommation, du toujours plus, qui promettait un avenir lumineux, la docilité devenant la règle. On aura compris que derrière l'humour et l'absurde se cache une fable politique et philosophique.