Gap -  Hautes-Alpes

L'homme que l'on prenait
pour un autre

Joël Egloff

Buchet/Chastel, 2008

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Le narrateur de ce récit va entraîner le lecteur dans une aventure insensée, où se mêlent la fantaisie et l’absurde. « Il m’arrive de plus en plus souvent d’être pris pour un autre ».
Il y a ceux qui ont l’impression de l’avoir vu quelque part sans parvenir à retrouver un souvenir précis, ceux qui le reconnaissent sans hésitation en lui donnant une grande tape dans le dos. Et lui, perplexe mais brave homme, ne les détrompe pas et accepte d’endosser l’une après l’autre ces différentes identités. Au départ, les conséquences ne sont pas très importantes sur sa vie. Ces rencontres peuvent se terminer par de longues discussions, devant un café, au comptoir d’un bar. Sans plus. Mais très vite, sa vie va en être bouleversée : un homme croit reconnaître en lui son codétenu de prison et viendra lui demander asile une nuit. Le facteur va lui apporter des lettres d’amour qui ne lui sont pas destinées et il ne reste pas insensible à ces mots de pardon et d’amour. Et quand, une fois de plus, la femme qui habite l’étage au-dessous, le prend pour son mari qui l’a abandonnée et, croyant le voir revenir, veut bien lui accorder une nouvelle chance, il endosse sans hésiter, son nouveau rôle de mari et de père.

Autour de lui aussi, la confusion est totale : sa vieille tante à laquelle il rend visite deux fois par mois, attend la venue des Américains pour libérer la France ;  des vieillards retombent en enfance…

Cet univers insensé et absurde, ne serait-il pas en fait le monde tel qu’il devrait être, où les gens manifestent de la bonté et de la compassion face aux autres ? Mais leur solitude fait naître en nous une forme d’angoisse parce qu’au bout, que reste-il ? Une silhouette qui disparaît…

 

(Présentation : Anne-Marie Smith)