Gap -  Hautes-Alpes

Hizya

Maïssa Bey

Editions de l'Aube, 2015

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2020_2021 :
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Atelier d'écriture :
    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Hizya est le prénom un peu démodé d’une jeune fille algérienne. C’est aussi le prénom d’une héroïne du XIXème siècle, une très belle femme qui disparut toute jeune. Sayed, l’amoureux de la belle, foudroyé par le chagrin, fit écrire un poème par Ben Guittoun, pour exprimer le malheur qui avait bouleversé son âme, suite à la disparition de sa bien-aimée, Hizya.

La narratrice du roman de Maïssa Bey, influencée par le personnage de cette légende, veut comme elle, vivre une grande histoire d’amour, être une muse, et enflammer les cœurs. Elle veut aller à la rencontre de la jeune femme du poème. Il s’agit d’un rêve qui l’habite et motive chaque instant dans sa vie.

Bien qu’ayant un diplôme d’interprète de la faculté d’Alger, Hizya travaille dans un salon de coiffure. Elle habite la Casbah célèbre quartier, haut lieu du patrimoine algérien mais délabré et symbole de réclusion et d’interdits. Sa famille l’entoure et l’étouffe, elle vit sous le regard attentif de sa mère et de ses frères. Les descriptions du quartier, de la vie professionnelle et familiale nous font pénétrer dans le quotidien et la désespérance de la jeunesse algérienne. On se sent en Algérie par l’ambiance de la rue et de la famille.

Le salon de coiffure est l’espace de liberté des femmes : leurs histoires se croisent pour fuir la vie de tous les jours qui est pleine d’interdits . Au salon, la transgression des interdits, compliquant la vie, est nécessaire. Hizya vit ainsi un dédoublement de personnages : l’Une dans une Casbah en noir et blanc, l’Autre dans une Alger toute en couleurs.

Elle fait la rencontre d’un jeune homme. Des discussions, des sorties s’en suivent. Pour réaliser son rêve et aller jusqu’au bout de sa quête, elle doit transgresser, dire, braver cette ligne rouge qui se trace devant elle. Ainsi, elle se trouve partagée entre deux mondes : rébellion et interdits. Un tumulte de questions trouble sa tête : avancer ou reculer, dire ou se murer dans le silence, se rebeller ou accepter la soumission, aller jusqu’au bout du rêve ou se laisser choir dans l’abîme de la réalité amère.

Les actions de Hizya sont commentées par un narrateur omniscient qui la transporte des chimères à la réalité . Réussit-elle à aller à la rencontre de cette Autre, libre et rebelle, en
elle ? Réussit-elle à suivre le chemin tracé par la légendaire Hizya ? La narratrice tente de mettre des mots sur ses voyages entre rêves et réalité mais elle ne trouve que des questions dont la plus pesante est : « la poésie ne résisterait-elle pas à l’épreuve de la vie, de la vraie vie ? ».

Maïssa Bey s’inspire de la légende de Hizya pour peindre la situation, voire le combat, de ces femmes qui luttent pour vivre leur rêve, être elles-mêmes, dans un quotidien dur et plein d’interdits.

Ce roman est un texte intelligent, fin et profond .Un récit vibrant , lumineux et réaliste à la fois , un hymne à la liberté et à l'émancipation , illuminé par la poésie, et un beau portrait de femme .

(Présentation : Mireille Le Louet)