Gap -  Hautes-Alpes

Le garçon incassable

Florence Delvos

L'Olivier, 2013

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Deux hommes que rien ne semble rapprocher, se retrouvent sous la plume talentueuse de Florence Seyvos qui nous livre deux destins hors du commun :

Henri est handicapé : à sa naissance un vaisseau s’est rompu dans sa tête. Sa mère est partie peu de temps après, incapable de faire face à cette situation : elle n’aurait pas pu l’obliger, le forcer, le secouer, lui crier dessus, le maintenir   droit comme on tient un pantin, heure après heure, jour après jour, pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’il puisse faire trois pas tout seul sans tomber, et alors le consoler, le féliciter, embrasser ses larmes en lui caressant les cheveux… C’est son père qui a joué ce rôle, qui a voulu le sortir de la différence dans laquelle les autres le placent, en l’obligeant à des séances de rééducation impitoyables qui exigent de l’enfant des efforts surhumains. …Les enfants, il faut les casser … pas seulement plier, casser. Et c’est à force de volonté que Henri arrivera à se faire une place dans ce monde impitoyable : dans la cour de l’école, il est houspillé, bousculé, attaqué, moqué, frappé par des enfants de cinq ans, de quatre ans, de trois ans. Quand il ne tombe pas tout seul, ils le poussent ou lui font des croche-pieds. Mais petit à petit, il deviendra ce garçon incassable que Florence Seyvos nous annonce dans le titre du livre, le roseau qui plie mais ne rompt pas.

Et puis il y a un autre garçon incassable dans le livre : c’est Buster Keaton qui a connu la carrière et le succès que l’on sait. Mais qui connait ses débuts sur scène alors qu’il n’était qu’un enfant ? Son premier rôle est celui d’une chose. Joe, son père, considère cette chose, la soulève d’une main pour mieux l’examiner, puis la laisse retomber par terre. La chose ne bronche pas. Alors Joe attrape de nouveau la chose et la jette dans le décor. La chose revient. Cette chose est bien résistante, se dit Joe. Cette fois, il la lance dans les coulisses. On entend un grand bruit. Puis, plus rien... Puis il l'accroche au bout d'un balai et s'en sert comme d'une serpillère ,et interdiction de rire. C’est le public qui rit. Son père a l’idée de lui attacher une poignée dans le dos, pour améliorer la précision du lancer. Buster se perfectionne lui aussi. Il devient chaque jour un meilleur projectile. Le contrôle de son corps, son aptitude à se protéger deviennent un sixième sens.

Peu de points communs semble-t-il entre ces deux destins ! Et pourtant cette façon d’être toujours comme en déséquilibre, de tomber pour se relever tout de suite, ce travail du corps qui se fait au prix de grandes souffrances et d’efforts continus, cette solitude et cette marginalité que les autres leur imposent … et bien d’autres liens encore que Florence ne révèle jamais. Mais nous lecteurs, découvrons peu à peu comment ces deux destins se répondent. On comprendra cet étrange parallèle en portant un regard sur ces deux garçons incassables, si semblables dans leur humanité.

(Présentation: Anne-Marie Smith)