Gap -  Hautes-Alpes

Le fleuve sans rives

Juan José Saer


Edition Le Tripode, 2018

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Louis Soler

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2018_2019:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman

     Des histoires de grands espaces

- Rencontres littéraires :
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2018_2019

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Au fil de quatre chapitres, suivant les saisons, l'auteur nous invite à un superbe voyage au long cours entre érudition et onirisme, Traité imaginaire ambitieux et parfaitement maitrisé ou se côtoient la géographie, l'histoire, la science, la littérature autour d'un territoire : l'Argentine, un fleuve : le Rio de la Plata, une ville : Buenos Aires. Un livre monde exigeant, foisonnant et passionnant que l'auteur considère lui-même comme hybride, sans genre bien défini, à la croisée du récit, de la fiction, de l'essai....

Livre inclassable et difficile à résumer. L'auteur, dans une préface intéressante à bien des égards, nous en explique la génèse, un texte de commande qu'il a eu du mal à appréhender au début mais qui lui a paru au fil du temps et de la réflexion, une évidence.

Invité par un pilote d'avion contemplatif à regarder par le hublot « le point où le fleuve Parana et le fleuve Uruguay confluent pour former le Rio de la Plata », il ne peut que constater que ce delta lui est plus familier que n'importe quel autre lieu.

« Ce triangle de terre, d'un vert bleuté, compris entre les deux rubans quasiment incolores, s'étendait là-bas au dessous de nous, au milieu de l'immense surface du même vert bleuté, plate, immobile et déserte, dont je savais toutefois, tandis que je l'observais émerveillé, qu'elle était, comme tout sol marécageux, source intarissable de prolifération biologique. Vu d'en haut, ce paysage était le plus austère, le plus pauvre du monde – Darwin lui-mpeme, à qui rien n'échappait, avait écrit dès 1831 : « il n'y a ni grandeur, ni beauté dans cette immense étendue d'eau boueuse ». et cependant, ce lieu plat et abandonné était pour moi, tandis que je le contemplais, plus magique que Babylone, plus riche en évènements significatifs que Rome ou Athènes, plus haut en couleur que Vienne ou Amsterdam, plus couvert de sang que Thèbes ou Jéricho. C'était mon lieu : là, mort et délices m'appartenaient en propre, inévitablement. Parce que je l'avais quitté pour la première fois à l'âge de trente et un ans, le plaisir mélancolique non dénué d'euphorie, de colère et d'amertume que me donnait, après plus de quinze ans d'absence, sa contemplation, créait en moi un état spécifique, une correspondance entre le dedans et le dehors que nul autre endroit au monde n'aurait pu m'inspirer. Comme dans toute relation passionnée, l'ambivalence me le peignait en clair-obscur, faisant alterner comédie et tragédie. Signe, manière d'être ou cicatrice, je le traîne et le traînerai avec moi partout où j'irai. ».

Et Juan José Saer nous entraine sur ses terres quittant les rives du fleuve pour toujours y revenir; de références savantes en digressions philosophiques, de descriptions précises en envolées poétiques, il nous guide sur un sentier sinueux mettant en perspective ce qui est commun à toutes les civilisations : le pouvoir, la corruption, la vilolence, la démocratie, les classes sociales, les liens avec la nature, la littérature ....

Un livre qui se déguste lentement au rythme des méandres du fleuve avec envie, appétit et qui, une fois refermé, vous donne l'impression d'avoir gagné en intelligence.

Présentation : Simone Delorme