Gap -  Hautes-Alpes

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea  

Romain Puertolas

Le Dilettante, 2013

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Ajatashatru (prononcer " j’arrache ta charrue" ou "achète un chat roux") Lavash Patel est un faux fakir hindou : couard et lâche, il est passé maître dans l’art de transformer ses tours de magie en miracles. Il est très doué pour arnaquer les gens : un chauffeur de taxi avec un faux billet de banque, une jolie femme avec de fausses lunettes cassées pour se faire payer un repas et ce qu'il lui faut pour payer son lit. En Inde, son village, le prenant pour un saint homme,  lui a payé un billet d'avion pour aller acheter un nouveau lit à clous chez… Ikea, modèle kisifrötsipik à 15000 clous, dont le vendeur lui souhaite bien du bonheur à les planter !
Obligé d'attendre 24 h. que son lit soit disponible, et n'ayant pas de quoi se payer une nuit d'hôtel, il décide de se laisser enfermer dans le magasin. Mais les ikea s'échangent des marchandises. Il va alors se trouver embarqué au sein de l'armoire où il s'est caché, pour l'Angleterre, à bord d'un camion où des réfugiés africains se planquent. Arrêtés, ils seront renvoyés, selon la loi, vers le pays d'où ils viennent, l'Espagne, où notre fakir retombera sur le chauffeur de taxi qu'il a escroqué. Pour lui échapper, il se laissera embarquer dans les bagages de Sophie… Morceaux pour Rome !  Dans la soute de l'avion, il se mettra à écrire, ce qui lui permettra de devenir écrivain, et de devenir riche.
 Les aventures de notre fakir ne sont pas terminées, nous le suivrons en ballon dirigeable, en haute mer sur un navire pirate, etc…
Bref, un roman loufoque et désopilant, où les jeux de mots (il en abuse parfois) et les gags foisonnent, où l'auteur, Romain Puértolas, -dont c'est le premier roman-  nous donne même des recettes d'arnaque, égratigne au passage "Monsieur Ikea [qui] avait développé un concept commercial pour le moins insolite : la visite forcée de son magasin".
Mais pas seulement : l'approche de la misère des clandestins qui essaient de gagner l'Europe, Puértolas la traite avec sincérité et conviction : on sent sa colère sur l'inhumanité avec laquelle on traite ces hommes, ces femmes et ces enfants, qui fuient leur pays par nécessité. Là il devient alors homme de conviction, presque moralisateur.
Une fin à l'eau de rose, à laquelle on ne croit pas une seconde, mais quelle importance ? on a bien ri.

(Présentation : Annette Rit)