Gap -  Hautes-Alpes

Et voraces, ils couraient dans la nuit

Jean-Pierre Ostende

Ed.Gallimard, 2011

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Jacques Bergman est recruté dans la société DARWIN (dare/oser, win/gagner) qui réalise des audits d'entreprises. Après une courte formation en équipe par le patron nommé Sanglier, le voilà auditeur dans la société PETRA (prévention et traitement des addictions) Chacun a sa manière d'approcher le personnel mais les enquêteurs sont perçus comme des pitbulls prêts à descendre les employés, eux-mêmes haineux et dépressifs. L'ambiance est délétère : intrusion dans les ordinateurs, délation, la présidente est dépassée...Une galerie de portraits bien croqués.
Sanglier encourage ses troupes : Souriez tant que vous pouvez, souriez à mort, souriez comme des malades.
L'auteur s'empare des thèmes actuels : l'utilisation détournée des nouvelles technologies, la souffrance au travail, la gestion des individus et la question de l'identité dans le cadre professionnel.
D'une écriture pleine d'humour et de poésie, il nous livre une satire féroce  de la société contemporaine. C'est, dit-il, un roman d'ancipation sociale.

Page 143 : Il était probable qu'on installerait bientôt dans les bureaux et dans les couloirs des ditributeurs de vitamines, des anti-migraines, des calmants, des excitants, des stabilisateurs...avec les fontaines à eau, les futurs produits chimiques passeront mieux avec un peu d'eau.

Page 171 : Le bruit courait que des programmes de recherche en euphorie terminale étaient développés et que le monde se précipiterait bientôt pour avaler l'euphorie terminale de la façon la plus vorace possible. Nous finirons ainsi tous shootés. L'euphorie terminale permettra l'éradication de la haine, de l'esprit de vengeance, du regret et de la tristesse. Douleur zéro, tranquillité totale.

Notre narrateur quitte DARWIN pour un nouveau job moins traumatisant : admirateur professionnel. De quoi s'agit-il ?
Page 181 : Il s'agit d'admirer des gens qui paient pour être admirés. Ca leur fait du bien. Aucun être humain ne se développe s'il n'a pas été admiré...Admirer, ce n'est pas rien.

Horror humanum est est-il écrit sous forme de boutade sur la bande-annonce.

(Présentation : Josette Reydet)