Gap -  Hautes-Alpes

Entendez-vous dans les montagnes

Maïssa Bey

Ed. de l'Aube, 2002

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Un huis-clos dans un train en route vers "la ville du Vieux Port". Trois personnages : la narratrice, la première installée dans le wagon; un homme d'une soixantaine d'années; et enfin une jeune fille appelée Marie, comme l'indique un bijou qu'elle porte au cou. Chacun s'isole dans son coin, derrière un livre, un journal ou un walkman sur les oreilles. Mais le contact va s'établir entre les trois personnages et petit à petit des révélations vont être faites :

La narratrice est algérienne, elle a fui son pays, a tout quitté pour venir en France : "Elle ne veut plus subir le choc des exécutions quotidiennes, des massacres et des récits de massacres, des paysages défigurés par la terreur, des innombrables processions funèbres, des hurlements des mères... les regards menaçants...Elle a fui pour tenter de se préserver de la peur qui broie, qui bride, qui pétrifie et surtout qui finit par détourner de tout sentiment humain, parce qu'elle aveugle au point de faire naître la haine, la violence, le désir irrépressible de vengeance, la tentation de tuer avant d'être tué..." Ses pensées ne peuvent s'arracher à l'image de son père, souvenir porté par quelques photos qui lui restent, son père instituteur dont elle n'a récupéré que deux objets qui lui appartenaient : ses lunettes et son alliance, son alliance que quelqu'un lui a retiré du doigt... son père "glorieux martyr de la révolution" qui est mort sous la torture.

L'homme est un ancien médecin qui a bien connu l'Algérie. Il a été médecin militaire en 1956-57, dans un camp spécial, un camp où on amenait de jour et de nuit les "terroristes" et leurs complices qu'il fallait faire parler coûte que coûte : "Allez-y! Et surtout ne vous laissez pas avoir s'ils prétendent ne rien savoir ! Ils finissent tous par parler...Il y en a de plus coriaces que d'autres. Et alors là, il faut sortir le grand jeu. Faut pas hésiter !"

Le troisième personnage, Marie, se met à les écouter; elle ne sait rien de cette histoire, elle est trop jeune. Elle a entendu son grand-père en parler, lui qui a quitté l'Algérie après la guerre. Alors elle voudrait en savoir un peu plus.

La tension et l'émotion sont constantes dans ce récit-témoignage que Maïssa a longtemps gardé enfoui en elle : "Ce récit que j'ai eu tant de mal à écrire et qui est là enfin" révèle une dédicace de l'auteur . Une histoire longtemps cachée, refoulée, entourée de silences et de non-dits. Une histoire qui a permis à Maïssa Bey de faire revivre son père, dans un récit d'où ne suinte aucun sentiment de haine ni de vengeance. Mais ce dont Maïssa a pris conscience, c'est que ceux qui torturaient n'étaient pas les monstres qu'elle imaginait : "Toute petite déjà elle essayait de donner un visage aux hommes qui avaient torturé puis achevé son père avant de le jeter dans une fosse commune. Mais elle ne parvenait pas à leur donner un visage d'homme. Ce ne pouvait être que des monstres... Elle voyait alors des hommes encagoulés, entièrement vêtus de noir pour mieux se fondre dans la nuit, un peu à l'image des bourreaux représentés dans les livres et les films d'histoire. Des hommes sans visage... des hommes qui n'avaient rien d'humain"
Mais là dans le train, ses rêves d'enfant se sont évanouis :"Elle se dit que rien ne ressemble à ses rêves d'enfant, que les bourreaux ont des visages d'homme, elle en est sûre maintenant, ils ont des mains d'homme, parfois même des réactions d'homme et rien ne permet de les distinguer des autres. Et cette idée la terrifie un peu plus."

(Présentation : Anne-Marie Smith)