Gap -  Hautes-Alpes

Désorientale

Négar Djavadi

Liana Lévi, 2016

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion


" Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. »

Kimiâ, la narratrice, patiente dans la salle d'attente du service de PMA de l'hôpital Cochin à Paris, elle est venue pour une insémination artificielle pour avoir un enfant.  Dans ce moment charnière de sa vie, elle laisse remonter les souvenirs de son enfance iranienne et les événements qui l'ont conduite jusqu'ici.
Elle s'adresse au lecteur et raconte ses souvenirs comme ils lui reviennent dans un va et vient permanent entre passé et présent, entre l'Iran et la France, un récit plein de digressions. Une façon orientale de raconter des histoires "Cette tendance à bavarder sans fin, à lancer des phrases comme des lassos dans l'air à la rencontre de l'autre, à raconter des histoires qui telles des matriochkas ouvrent sur d'autres histoires…"

Kimiâ appartient à une grande famille de la bourgeoisie iranienne.
Darius Sadr, son père est un journaliste intellectuel francophile épris de liberté, opposant politique au Shah puis à Khomeiny. Sara, sa mère d'origine arménienne, professeur d'histoire est une femme insoumise à la forte personnalité. Ils forment un couple moderne et progressiste dans leur famille et dans la société de l'époque.
Viennent compléter la famille, deux sœurs aînées, des oncles, des grands-mères dont une aux yeux bleus et des grands-pères. Tous les personnages sont attachants et hauts en couleurs.
Suivre leur vie nous entraine dans un tourbillon d'images colorées et sonores à la découverte des coutumes de la société iranienne et notamment de la condition de la femme iranienne.

Au travers de la vie de cette famille et notamment du père de Kimia opposant au régime, l'auteur nous fait revivre le coup d'Etat de 1953 orchestré par la CIA, l'ascension sur le trône de Reza Pahlavi, son indécent couronnement, la révolution iranienne de 1979, l'avènement de Khomeiny... car en plus d'être une éblouissante fresque familiale exotique sur 4 générations, ce roman est aussi un rappel très précis et très érudit sur l'histoire politique de l'Iran au cours du 20ème siècle.
Ce roman nous fournit également des réflexions sur l'exil, sur l'impact de l'héritage culturel et familial, sur les difficultés d'intégration, sur la quête d'identité.

Une écriture fluide, très visuelle, très cinématographique pour ce roman au style narratif vivant, bien rythmé, parfois envoûtant avec une petite dose d'humour dans les notes en bas de pages.
Une manière très attrayante de nous remémorer des moments importants de l'histoire de ce pays et de nous plonger dans la civilisation iranienne.

(Présentation : Marie-Claire Royer)