Gap -  Hautes-Alpes

Des hommes

Laurent Mauvignier

Ed. de Minuit, 2009

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 Bernard a été invité à la fête donnée pour les 60 ans de sa soeur Solange. De nombreux frères, soeurs, cousins et amis sont là.. Tout va bien jusqu'à ce que Bernard offre à sa soeur un cadeau luxueux : une broche en or nacré. Comment Bernard a-t-il pu acheter un tel bijou alors qu'il vit comme un clochard, aux crochets des autres qui lui font la charité de vêtements usagés et de nourriture quotidienne ? Solange, pourtant proche de son frère, ne veut pas de son cadeau et tous les autres lui manifestent leur mépris : ne l'appelle-t-on pas Feu-de-bois, un surnom dû à la mauvaise odeur qui lui colle à la peau ? Bernard voit rouge et jette des injures, en particulier à Chefraoui qu'il traite de bougnoule.

Cet incident va réveiller des rancoeurs cachées : "On ne sait ce que c'est qu'une histoire tant qu'on n'a pas soulevé celles qui sont dessous et qui sont les seules à compter, comme les fantômes, nos fantômes qui s'accumulent..." L'histoire qui est dessous, c'est la guerre d'Algérie. Le narrateur va nous entraîner des années en arrière avec de jeunes appelés parmi lesquels Bernard et le narrateur. On va revivre au présent les horreurs commises par les deux camps qui se font face, des horreurs faites par des hommes qui n'ont plus rien d'humain. "Quels sont les hommes qui peuvent faire ça ? Pas des hommes qui peuvent faire ça. Des hommes." Mais le rappel du passé est là surtout pour montrer la souffrance de l'après : c'est en fait un livre sur la guerre d'après, la guerre intérieure que les anciens appelés continuent à vivre dans le silence, parce que le cauchemar ne s'est pas terminé le jour où ils ont quitté l'Algérie.

Et ce qui compte surtout pour l'auteur, c'est la douleur des hommes qui ont vécu ça, de simples soldats, la douleur qui remonte du plus profond de leur mémoire, là où ils l'ont enfouie pour ne jamais en parler, même quand ils sont revenus en France. Et pourtant le narrateur qui, lui aussi, a vécu ces atrocités, se met à parler, à parler de la souffrance des uns et des autres, la même souffrance d'ailleurs.

La forme adoptée par Laurent Mauvignier, permet de dire à chacun ce qu'il a vécu, de passer d'un monologue à un autre. L'écriture est à l'image du sujet : pas de guillemets parce que c'est la voix de tous qui dit, un style haché qui donne l'impression d'un étouffement, des phrases inachevées, des mots isolés, des dialogues placés au milieu du texte pour traduire la difficulté de dire, de faire sortir les non-dits pour qu'enfin soit dévoilée la vérité de cette époque, une tragédie qui étouffe ceux qui l'ont vécue.