Gap -  Hautes-Alpes

Mohamed Mbougar Sarr

De purs hommes

Philippe Rey, 2018.

 

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2019_2020 :
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
    Terres d'Afrique
   Des histoires de grands espaces
   L'art dans le roman
   Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Atelier d'écriture :
    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2019_2020

     2018_2019

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Tout commence dans ce roman par une vidéo virale au Sénégal. On y voit des hommes furieux creuser la terre, sortir un cadavre de sa tombe puis le traîner hors d'un cimetière. Ce n'était qu'un "goor-jigéen" ( en wolof, cela signifie "homme-femme"), un homosexuel qui ne doit pas être enterré dans un cimetière musulman.

Cette vidéo n'interpelle pas immédiatement un jeune professeur de littérature Ndéné Gueye, le narrateur.
Déçu et fatigué par son métier et l'hypocrisie morale de la société sénégalaise, il va peu à peu s'interroger. Qui était cet homme ? Sa famille ? Son passé ? Il rencontrera sa mère.

À l'université, le sujet prend de l'ampleur. Une circulaire interdit l'étude des auteurs soupçonnés d'homosexualité. Or Ndéné fait un cours sur Verlaine…Ses étudiants le lui reprochent.

Il va alors chercher à comprendre pourquoi au Sénégal, les homosexuels sont ainsi traités. Est-ce un fléau, importé par les Occidentaux ? qui n'existerait pas en Afrique ?

Plusieurs témoignages vont lui permettre de dresser un portrait de cette situation ambigüe.

D'une belle écriture simple et poétique, l'auteur explore dans ce roman l'attitude intolérante de son pays face à l'homosexualité et à l'identité masculine.

Mohamed Mbougar Sarr est un jeune auteur talentueux . Il utilise la littérature pour traiter d'une actualité passée sous silence dans les médias.

Il espère être lu et compris dans son pays.

Extrait de De purs hommes

Ce n'est pas parce qu'ils ont une famille, des sentiments, des peines, des professions, bref, une vie normale avec son lot de petites joies et de petites misères que les homosexuels sont des hommes comme les autres. C'est parce qu'ils sont aussi seuls, aussi fragiles, aussi dérisoires que tous les hommes devant la fatalité de la violence humaine qu'ils sont des hommes comme les autres. Ce sont de purs hommes parce qu'à n'importe quel moment la bêtise humaine peut les tuer, les soumettre à la violence en s'abritant sous un des nombreux masques dévoyés qu'elle utilise pour s'exprimer : culture, religion, pouvoir, richesse, gloire...

Présentation : Josette Reydet