Gap -  Hautes-Alpes

Comment peut-on être français

Chahdortt Djavann  

Gallimard, 2006

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Ce roman en partie autobiographique raconte la vie d’une jeune Iranienne qui, après être
passée par la Turquie, débarque à Paris sans connaître un seul mot de français. Comment s’intégrer dans cette ville totalement inconnue, sans repaires, sans amis…

Elle a tellement rêvé de cette ville, qu'elle passe les premiers temps à déambuler, ivre de la liberté offerte aux femmes. Avec finesse Roxane, le personnage principal, analyse la place donnée aux femmes dans son pays. Mais très vite elle se rend compte que pour vraiment s’intégrer dans un pays et trouver du travail la maîtrise de la langue est incontournable.

La subtilité de la langue française, l’étrangeté de cette langue (l’existence d’articles, de mots qui se prononcent, lui semble-t’il, de la même façon mais qui n’ont absolument pas la même signification…) lui font sentir ce qu’est l’exil : "L’exil c’était la langue. - Puisque la langue est l’exil, elle sera un jour ma patrie" se disait-elle .
Comment y parvenir ? Comment arriver à dompter cette langue qui se dérobe ?

Elle utilise plusieurs stratégies (les dictionnaires, les cours, les cassettes enregistrées, etc.). Mais c’est la lecture de grands auteurs classiques, en recopier certains passages, qui lui permettent de mieux l’appréhender : « J'ai maintenant une dizaine de cahiers de notes où j'écris les nouveaux mots et mes passages préférés de chaque texte. C'est peut-être un peu idiot de faire ça, mais j'aime l'illusion de croire ainsi les posséder ».

La langue des Lumières lui fait ressentir profondément l’obscurantisme régnant dans son pays. Les Lettres Persanes de Montesquieu lui donnent l’idée d’écrire à l’auteur, elle lui raconte son pays, sa politique ; elle lui confie les difficultés qu’elle rencontre dans ce nouveau pays où les gens se croisent avec indifférence.

Avec délicatesse et beaucoup de pertinence, elle analyse tout ce qui l’entoure ;  son immense solitude lui donne aussi l’impression de se dédoubler, de revivre certaines scènes de son passé… mais ses dix-huit lettres, retournées à l’expéditeur bien évidemment, lui font croire qu’elle existe. Elle avoue : « Je pensais que je serais délivrée de l'éducation dogmatique. Hélas ! Je n'étais libérée que de la menace des dogmes, sans pouvoir réparer les dommages qu'ils avaient causés en moi au long des années ».

Le passé prend forme… la révélation finale de son terrible secret est un choc, le lecteur ne peut que partager ses multiples interrogations : « Est-ce bien la même terre qui nous porte ? Est-ce bien le même ciel qui nous entoure ? ».

(Présentation : Marie-Thérèse Figueroa)