Gap -  Hautes-Alpes

La chapelle des apparences

Frank Pavloff

Albin Michel, 2007

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Xerkés cinéaste grec mythique, est invité à La Mostra de Venise pour son dernier film. Sisco journaliste, couvre l'évènement pour un quotidien de Gap.
Etrange rencontre. Lors d'une pérégrination nocturne dans la ville, ils échangent une promesse : réaliser un film ensemble.
Sisco, épris d'histoire régionale, écrit un scénario sur la vie de Mandrin et Philis de la Charce. Xerkés s'en empare, qui veut dire la fureur du monde.
Des comédiens-saltimbanques vont vivre des scènes tour à tour drôles, burlesques ou violentes, toujours réalistes et souvent périlleuses. De Gap ou Embrun jusqu'à N'Djamena, Grosnyï et Mellila, le maître veut démontrer "qu'il n'y a pas de différence entre la déroute des paysans de La Charce et l'exode aujourd'hui des réfugiés du Soudan...La banlieue d'Embrun s'étend jusqu'à la province du Darfour..."

Qu'adviendra t'il de cet ambitieux projet ?

D'une écriture sèche, sans fioritures, sensible et véhémente, l'auteur "déroule" son livre. Sisco, Xerkés mais aussi Lola, Luciana et Govan sont des personnages.
Certaines péripéties de ce tournage les renvoient à leur passé, à une part secrète de leur vie qui nous est lentement dévoilée.

          (Présentation : Josette Reydet)

******************************************************************************************************

       

Venise : dernier jour de la Mostra. Après le palmarès du festival, Sisko, journaliste envoyé d’un journal de Gap, erre dans le labyrinthe des ruelles de la ville, avant de rentrer à son hôtel. Il rencontre Xerkès, un vieux réalisateur grec, un géant du cinéma, à qui on vient de refuser le Lion d’Or qu’il attendait. Bref dialogue. Ils se quittent sur une vague promesse de travailler ensemble.

Sisko revient à Gap, pour faire des recherches sur Mandrin, un chef de bande du XVIIIe siècle, à la fois brigand et héros, qui s’était rebellé et pillait les bourgeois pour redistribuer leur argent aux pauvres décimés par la famine. A ce personnage populaire, il va, en vue de faire un livre, associer une femme, Philis de la Charce, une autre héroïne du Dauphiné, qui avait levé une armée de gueux au XVIIe siècle, pour arrêter les désirs de conquête du duc de Savoie sur le Dauphiné.
Les deux héros deviennent ainsi sous la plume de Sisko, les symboles de la violence faite aux pauvres, de la misère et de la répression dans les provinces du Sud de la France.

C’est alors que Xerkès se rappelle à lui pour lui proposer de faire un film à partir de ses deux personnages. Ce sera une histoire qui ne manque pas de souffle : famine, loups, meurtres et épidémies sont le quotidien des campagnes à l’époque de Mandrin. Mais très vite Sisko se rend compte que Xerkès veut aller plus loin dans son film :

« A quelques heures d’avion d’ici, on trouve la même violence, le même obscurantisme que du temps de tes héros. Pointe un doigt au hasard sur la planète, tu tombes sur cinq, dix pays de misère et de guerre. Je ferai de Mandrin et ses coupeurs de route, de la fille de la marquise de la Charce, des figures d’aujourd’hui… Contrairement à ce que tu penses, les peuples n’apprennent rien du passé, ils pataugent en rond dans la même gadoue, s’embarquent dans les mêmes galères, l’histoire des civilisations n’est pas linéaire…
Hier se vit aujourd’hui, mais ailleurs. Le décalage des images suffira à établir une passerelle entre le passé et le présent qui se vivent en boucle »

Quinze jours plus tard, la troupe du film faite de saltimbanques et d’acteurs de théâtre de rue, s’installent à Embrun, sur une place de la haute ville, près de la chapelle des Apparences. Mais à l’inverse de ce que croyait Sisko venu avec son scénario, tout va se faire dans l’improvisation et l’imprévu. Xerkès a convoqué l’actualité sur le tournage… Je ne fais pas de différence entre la déroute des paysans de la Charce et l’exode aujourd’hui des réfugiés du Soudan … La banlieue d’Embrun s’étend jusqu’à la province du Darfour…

Quel est ce projet fou qui se met en place dans la chapelle des Apparences ? Quelle quête ces deux hommes poursuivent-ils ? Fascinés par la désespérance, quelles plaies de leur passé les brûlent ? Ils portent sur notre monde un terrible regard : lucidité ou folie ?

  (Présentation : Anne-Marie Smith)