Gap -  Hautes-Alpes

Les carnets de la mer d’Okhotsk

Nadine Ribault

Editions "Le mot et le reste", 2018

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2018_2019:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman

     Des histoires de grands espaces

- Rencontres littéraires :
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2018_2019

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Dans les « Carnets de la mer d’Okhotsk », le lecteur est convié par Nadine Ribault à une déambulation contemplative au Nord de l’île d’Okkaïdo au Japon, sur le bord de la mer d’Okhotsk, près du lac Saroma ou au cap Notoro lieux habités il y a bien longtemps par les Aïnous. C’est en février, quand la neige confond le regard d’un silence blanc, d’une lumière blême et que l’immobilité du paysage se rompt grâce aux loes, plaques de glaces en dérive que la magie des lieux opère.

L’écriture expose, dans un va et vient permanent, le lien entre les éléments rencontrés, regardés, observés, et les pensées qu’ils font surgir et que la narratrice explore d’un espace à un autre, reprenant fragment après fragment dans une répétition formelle et syntaxique, le fil de ses pensées qui sous-tend la réflexion et la fait progresser. Le lecteur captivé se laisse entrainer dans les méandres nés de l’observation et épouse au fil de la lecture le propos engagé, tout à la surprise de découvrir par exemple que les plaques dérivantes portaient en elles autant « des larmes de sel mauve qu’une énigme qu’elles protégeaient pour vivre ».
L’adhésion à l’imaginaire, tellement étonnant et pourtant limpide, clair, simple, s’engage au fil des mots tout naturellement et à son terme, quand le propos a épuisé ses ressources, nous avons cheminé avec l’auteure et intégré ce qu’elle donnait à voir. Alors, le silence des horizons immenses de la mer d’Okhotsk se peuple de mémoires, le blanc de nuances, l’espace de vie. La mer est parcourue de mouvements avec les loes dont les formes s’animent de toutes sortes de reconnaissances, avec le brise glace et le chemin qu’il se fraie, avec le repérage d’un navire au loin, avec les aigles et leurs plumes blanc et noir. La terre se retourne peuplée des générations d’avant, les Aïnous, des forêts de bouleaux, des chemins vers l’infini de la poésie et l’on ressent la fourrure de zibeline de la neige foulée aux doigts. Ancrés dans les pas, des paysages se composent sous ses yeux et le lecteur se perd et se retrouve dans un ailleurs magique, scintillant, qu’il ne se lasse pas de découvrir.

Présentation : Annie Contin