Gap -  Hautes-Alpes

Brooklyn follies

Paul Auster

Actes Sud, 2005

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

"Je cherchais un endroit tranquille où mourir. Quelqu'un me conseilla Brooklyn et, dès le lendemain matin, je m'y rendis de Westchester afin de reconnaître le terrain. Il y avait cinquante-six ans que je n'étais pas revenu là et je ne me souvenais de rien... J'ignorais tout de mes voisins et ça m'était bien égal..."
Nathan, le narrateur, a soixante ans et quand il s'installe à Brooklyn, la seule chose à laquelle il aspire, c'est de trouver là "une fin silencieuse à (sa) vie triste et ridicule". Il vient de traverser  plusieurs épreuves qui expliquent ces sentiments désabusés : un divorce, un cancer du poumon en rémission, la perte de son travail, une vie solitaire après trente années passées dans une compagnie d'assurances. Ajouté à cela, des relations exécrables avec sa fille qui n'hésite pas à lui adresser de nombreux reproches, dont celui d'avoir fait de la vie de sa mère "un enfer quotidien". Nathan est donc maintenant un homme sans espoir, qui n'a plus rien à réaliser.
Mais contre toute attente, il va se laisser séduire jour après jour par Brooklyn, au cours de ses longues promenades dans la ville et peu à peu il va reprendre goût à la vie et sortir de son "indolence routinière et soporifique". Il crée des liens avec des gens de son quartier, fréquente les librairies et les restaurants, tombe sous le charme des filles et le comble pour quelqu'un qui ne pensait plus avoir que quelques mois à vivre, se met à écrire un livre. Un livre fait d'une série d'anecdotes et d'aventures, souvenirs de sa vie passée et de celle de gens rencontrés.
Et voilà que sa vie va complètement changer le jour où il rencontre dans une bouquinerie de Brooklyn son neveu Tom Wood qu'il avait perdu de vue depuis longtemps. Il avait avec lui des relations privilégiées, tissées par leur amour commun pour la littérature. Nathan avait toujours aimé les livres, bien qu'ayant interrompu ses études en littérature. Mais il avait communiqué cet amour à Tom et il pensait que celui-ci avait poursuivi de brillantes études littéraires que lui-même n'avait pu mener à bien.  Il le croyait professeur dans une université prestigieuse comme Berkeley ou Columbia, écrivain au talent prometteur; aussi quelle ne fut pas sa surprise quand il le reconnut  occupant un emploi subalterne dans la bouquinerie de son quartier : "L'étincelle avait disparu du regard de mon neveu et toute son apparence suggérait la défaite".
Ces retrouvailles vont leur permettre de rompre la monotonie de leur solitude. Ils vont alors ensemble retrouver des envies, partir vers de nouvelles conquêtes, s'attarder sur des rêves qu'ils vont enfin réaliser. Et puis vont s'ajouter d'autres personnages qu'ils croisent, des personnages qui bien souvent, comme le héros, réinventent leur vie à des moments où leur vie bascule pour diverses raisons :la dépression, la séparation, l'entrée dans une secte, la vieillesse, la mort... C'est l'occasion pour Paul Auster de dresser le tableau d'une Amérique qui fait peur : l'Amérique de Bush, celle des religieux extrémistes, des armes à feu, du mouvement anti-avortement, l'Amérique du fric, la course au profit. Mais tout cela les personnages vont le rejeter et Nathan  le premier : lui qui au début du roman attendait la mort, va retrouver des raisons d'espérer et d'échapper à son destin. Il va retrouver des raisons d'agir en apportant autour de lui aide et amour à des personnes dont la vie a été brisée, largués par la société. Et c'est une vraie famille qui va se reconstituer autour de lui et des liens très forts vont se tisser. En plus un des personnages va faire découvrir aux autres un rêve fou, "l'hôtel Existence", le rêve fou de nous abstraire des soucis et des peines de ce monde de misère et de créer notre monde à nous.
Alors un livre de Paul Auster sur le bonheur ? Cette espérance  peut-elle durer en Amérique ?

(Présentation : Anne-Marie Smith)