Gap -  Hautes-Alpes

Le bourreau de Gaudi

Aro Sáinz de la Maza

Ed. Actes Sud Babel, 2017

Traduit de l’espagnol par Serge Mestre

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2018_2019:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman

     Des histoires de grands espaces

- Rencontres littéraires :
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillčs
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélčne Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2018_2019

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

C'est le premier roman policier de Aro Sáinz de la Maza, auteur barcelonais qui a déjà publié une dizaine de titres.

Après un prologue énigmatique, l’intrigue démarre très fort et va aller s'épaississant. Pour n'avoir pas su résoudre une affaire à temps, l'inspecteur Milo Malart, a été mis à pied. Très atypique, il est suspect de tout ce qui cloche, des erreurs comme des fuites, aux yeux de ses collègues.

Dans une mise en scène très macabre, un notable est retrouvé accroché à l'un des plus célèbres monuments de Gaudi, la Pedrera, brûlé vif. Milo est sommé par la juge Susana Cabot de reprendre du service car elle pense qu'il est le seul à même d'élucider un crime si hors-norme. Vu la situation et réputation de l’inspecteur, cela se fera tout de même sous conditions et sous contrôle. Flanqué d'une sous-inspectrice, Milo mène son enquête, avec ou contre les autres membres du groupe des affaires criminelles. C'est que le crime de la Pedrera semble d'un genre bien nouveau, par sa radicale et implacable cruauté, par son audace et sa précision aussi. A peine ouverte, l'enquête patine et sème la panique dans les services de police mais aussi parmi les notables, ces quatre cents familles qui entendent régner sur Barcelone et qui en en ont fait ce qu'elle est aujourd'hui : une ville entièrement dévolue au tourisme, où les victimes de sa folie des grandeurs ne se comptent plus depuis les Jeux de 92. Tout cela à quelques jours de la visite du Pape qui doit consacrer le grand œuvre de Gaudi, la Sagrada Familia, et que l'on attend un exceptionnel afflux de touristes.

Il y a quelque chose du conte dans le Bourreau de Gaudí, d'un conte noir et cruel. Tout cela dans une ville qui se révèle aussi une ogresse qui dévore ses enfants et se nourrit de leurs malheurs, une métropole qu'un célèbre architecte trop génial pour n'être pas aussi un peu fou, a transformée en spectaculaire énigme.

L'écriture du roman se fait par ailleurs dans un troublant parallèle avec celle du crime, élaboré avec un souci de l'esthétique, de la plastique, qui démultiplie le malaise et le trouble, installant une morbide fascination à laquelle il faut savoir s'arracher au risque d'en devenir malgré soi complice.

La victime ? Sans nul doute l'image de la ville phare, de la cité devenue un jour olympique, puis plus que jamais capitale touristique, cachant ses secrets sous les marbres et ferronneries d'un architecte génial et visible.

Précision des scenarii et des descriptions urbaines, politiques et sociales. Se télescopent l’histoire de la ville, les choix politiques et financiers des élus dans le développement de la cité, l’histoire des assassins, avec bonne analyse des comportements humains.

L'auteur est amateur de contes et a même publié en Espagne plusieurs recueils de récits collectés à travers le monde. Or, des contes, il se dit aussi que ce sont des mensonges qui disent la vérité...

(Présentation : Annette Rit)